mercredi 25 novembre 2015

La 5 ème vague de Rick Yancey





Éditeur : Robert Laffont - Collection R
Parution : mai 2013
Pages : 592
Prix éditeur : 18€50

Synopsis :

1re vague : Extinction
2e vague : Déferlante
3e vague : Pandémie
4e vague : Silence

A l'aube de la 5e vague, sur une autoroute désertée, Cassie tente de leur échappée... Eux, ces êtres qui ressemblent trait pour trait aux humains et qui écument la campagne, exécutant quiconque a le malheur de croiser leur chemin. Eux, qui ont balayé les dernières poches de résistance et dispersé les quelques rescapés.

Pour Cassie, rester en vie signifie rester seule. Elle se raccroche à cette règle jusqu'à ce qu'elle rencontre Evan Walker. Mystérieux et envoûtant, ce garçon pourrait bien être son ultime espoir de sauver son petit frère. Du moins si Evan est bien celui qu'il prétend...

Ils connaissent notre manière de penser.
Ils savent comment nous exterminer.
Ils nous ont enlevé toute raison de vivre.
Ils viennent maintenant nous arracher ce pour quoi nous sommes prêts à mourir.

Mon avis :

Dans ce roman, nous allons suivre tour à tour 4 protagonistes.
Le personnage de Cassie m'a immédiatement séduite. Elle est jeune, fraîche et ne mâche pas ses mots. Elle n'a plus personne sur qui compter, elle est entièrement seule. Elle vit un véritable enfer et se raccroche à son ultime espoir : la promesse de retrouver son petit frère. Pour lui, elle est prête à tout et ne renoncera jamais. Sa route sera longue, sinueuse, semée d'embûches et très dangereuse. Ils nous ressemblent physiquement en tout point et Cassie a bien compris qu'il valait mieux être seule si elle voulait avoir une chance de tenir sa promesse. Sa façon de s'exprimer est typiquement celle d'une adolescente de nos jours : quelques gros mots, quelques phrases crues par ci par là mais c'est à mon sens ce qui rend son personnage crédible. Dans les romans jeunesse, nos personnages ont une fâcheuse tendance à s'exprimer d'une manière un peu trop parfaite qui ne colle pas vraiment à la réalité et ça peut en devenir gênant. Regardez et écoutez les adolescents autour de vous, vous verrez de quoi je parle... Cassie à su me toucher par son histoire passé, présente et par son caractère. Elle ne fait plus confiance à personne, elle devient soupçonneuse et limite paranoïaque mais qui peut le lui reprocher.
Ben était le beau gosse du lycée avant leur arrivée. Le genre de garçon sur lequel toutes les filles se retournent. Aujourd’hui sa vie à changé de manière irrémédiable. Il a du s'adapter pour survivre et fait de son mieux au quotidien. Au fur et à mesure des événements, il grandi, mûri et se forge. Il est patient et a bon cœur. C'est un personnage qui mérite d'être connu.  
Sammy est le très jeune frère de Cassie. Depuis qu'ils sont séparés, il ne sait plus quoi faire, ni comment. Ce pauvre petit est totalement perdu et alors qu'il ne devrait penser qu'à jouer avec ses copains, il se retrouve propulser dans un monde sinistre où la mort rôde à chaque coin de rue. J'ai totalement craqué sur ce personnage, si jeune, si innocent. Nous n'avons qu'une envie, le prendre dans nos bras et lui raconter une histoire pour le rassurer, l'apaiser et lui apporter un peu de douceur dans ce monde dévastateur. On voudrait le protéger.
Evan Walker est un jeune homme aussi beau que mystérieux. Il vit seul depuis la perte de sa famille, mais contrairement à certaines personnes, il a un toit sur la tête. Malgré les tragiques événements, il donne l'impression d'avoir retrouver un semblant de routine. Il ne se laisse pas abattre malgré la dureté du monde dans lequel il évolue. Mais voila, ce personnage ne semble pas être tout à fait honnête. Quels lourds secrets renferme t-il? Est-il vraiment celui qu'il prétend? Qu'est-il prêt ou non à faire pour survivre?

En temps normal, je vous parlerais un peu plus de l'intrigue. Pour cette chronique, ce ne sera pas le cas, tout simplement car dès le début du roman on démarre sur les chapeaux de roue. Je ne sais comment vous en parler sans rien dévoiler... Ce qui m'a charmé dans ce roman, c'est de ne quasiment rien savoir sur l'histoire avant de me plonger dedans donc je préfère vous laissez le découvrir à votre tour si ce n'est pas déjà fait.

Ce premier tome est un joli petit pavé mine de rien ( presque 600 pages ), pourtant je n'ai pas ressenti de manque comme cela peut-être le cas avec certains tomes dits d'introduction. De manière générale, il ne se passe pas non plus des tonnes de choses dans un premier tome, l'auteur axe souvent celui-ci sur l'univers, les personnages et leurs relations entre eux. Il nous développe pas mal d'aspects qui auront leur importance au fil de la saga mais il y souvent peu d'action ou de rebondissements. Ici, l'intrigue est prenante et addictive dès les premières pages et j'ai eu toutes les peines du monde à m'en détacher. Le style de l'auteur est très fluide, agréable à lire avec un langage qui correspond parfaitement à cette période qu'est l'adolescence. Son choix fut risqué et culotté mais fonctionne tellement bien. Le récit est dynamique, je n'ai pas ressenti de lenteur ou de moments d'ennuis. Malgré l'univers assez sordide qui plane dans le roman, Rick Yancey réussi à nous fournir quelques moments de légèreté grâce à des situations plutôt cocasses. 
Il ne s'est pas contenté d'avoir une bonne idée de base et de seulement broder comme il pouvait autour, loin de là. Son idée est détaillé et approfondie de la première à la dernière page. Pour que l'on comprenne un peu mieux nos personnages et leur passé, avant Eux, avant l'invasion et la mort, il a recours aux flash back . On peut ainsi constater l'évolution de nos personnages et tout ce à quoi ils ont du renoncer au cours des derniers mois. Je suis passée du rire aux larmes, du sourire à l'effroi, de la satisfaction à l'angoisse,etc....L'auteur a largement penser, travailler et peaufiner son histoire pour nous offrir une vraie pépite.
Cela fait un peu plus d'un an maintenant que j'ai retrouvé un rythme de lecture régulier. De ce fait, me plonger dans un pavé m'effrayer quelque peu et pourtant... Je l'ai juste dévoré en 2 fins de soirées. J'étais hantée par cette histoire, je voulais lire quelques pages de plus, plus une partie de plus et au final, même après l'avoir fini il me trotte toujours dans la tête. Je n'ai plus qu'une envie, me plonger corps et âme dans le second tome. 
Steph si tu passes par là, merci de me l'avoir fait sortir de ma PAL et j'attends avec impatience que l'on commence La mer infinie.

En résumé, un excellent premier tome. Une lecture riche en émotions, actions et rebondissements. Une lecture très agréable et fluide malgré le nombre conséquent de pages. Une intrigue terriblement bien menée du début à la fin, des choix osés et assumés. Ce livre est tout simplement une véritable pépite et je ne peux que vous le recommander chaudement.







Extraits :

" Et le silence est si -- merde -- silencieux, que les battements de votre cœur semblent être l'unique bruit de l'univers. Tout est si calme! Vous avez carrément l'impression que vos pensées résonnent dans l'air glacé. Enfoncée jusqu'à la taille dans une congère, sous un ciel sans nuages, seule la neige vous aide à tenir debout parce que vos jambes en sont incapables. "

" Je marche dans un épais brouillard blanc. Le néant. Le vide. Aucun son. Pas même celui de mon propre souffle. En fait, je suis carrément incapable de dire si je respire encore. C'est le truc numéro un sur la fameuse liste : " Comment savoir si je suis encore en vie? " ."

" C'est la mission la plus difficile que j'ai eu à accomplir. Je dois m'occuper de Nugget, des corps, et garder un œil sur le reste de la troupe parce qu'il n'y a aucun sergent instructeur ni aucun adulte dans le hangar, sauf les adultes morts. Nous sommes entre jeunes, et parfois, c'est comme en cours, quand le prof doit soudain quitter la classe. La situation peut dégénérer à n'importe quel instant. "

"Je découpe la toile sur ses hanches et baisse son slip, le mettant à nu. Son cul est dans un sale état. Je veux dire par là qu'il est criblé de plombs. Sinon, il est plutôt pas mal. Je tamponne le sang presque coagulé avec des carrés de gaze trouvés dans notre trousse de secours, en retenant des gloussements hystériques. Je mets ça sur le compte du stress, et non sur le fait que je suis en train d'essuyer le cul de ........... "



2 commentaires:

  1. Wahou, quelle chronique ultra détaillée ! Franchement, ça donne méga envie ma belle et pourtant, j'avais déjà très, très envie de lire ce livre depuis longtemps ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup. Ton commentaire me fait vraiment plaisir vu comment j'ai galéré à la rédiger. Si tu le peux, lis le il vaut vraiment le coup. Bonne soirée!!!

      Supprimer