vendredi 8 avril 2016

The mortal instruments, tome 1 : La cité des ténèbres de Cassandra Clare




Éditeur : Pocket Jeunesse
Parution : 2008
Pages : 571
Prix : 19€50

Synopsis :

Clary n'en croît pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et détail terrifiant : le corps de la victime a disparu d'un seul coup!

Mais le pire reste à venir... Sa mère a été kidnappée par d'étranges créatures et l'appartement complètement dévasté.

Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d'antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d'ombres... Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

Mon avis :

Cette saga est dans ma PAL depuis de nombreuses années. J'ai acheté tous les tomes au fur et à mesure de leurs sorties sans pour autant les lire. L'effet de masse qu'il y a eu autour de cette série ne m'a pas donné envie de me jeter de suite dessus. Au vu de l'arrivée de la série en France et d'une lecture commune, il était grand temps que je les sortent enfin. Il faut savoir que j'ai vu le film et les deux premiers épisodes de la série avant de commencer le premier tome.

Clary est une jeune fille ordinaire. Elle vit seule avec sa mère vu que son père est décédée lorsqu'elle était toute petite. Son meilleur ami s'appelle Simon et ces deux là sont toujours fourrer ensemble. Luke, l'ami de la famille a toujours été là pour Clary, il fait office de figure paternelle pour la jeune fille même si sa mère et lui ne forment pas un couple. Elle sait que quoiqu'il arrive, elle pourra toujours compter sur lui.
Un beau jour, Clary va découvrir un nouveau monde qui lui était inconnu jusque là. Un monde obscur et terrifiant. Suite à cette découverte, tout s'enchaîne, pars de travers et lui échappe complètement. Sa mère va disparaître sans laisser la moindre trace et elle mettra tout en oeuvre pour la retrouver et comprendre ce qui se trame. Elle sera épaulée dans sa quête par une pléiade de personnages : Jace, Alec, Izzie, Simon, Luke et bien d'autres.
Clary est loin d'imaginer ce à quoi et à qui elle devra faire face. Elle est loin de tout savoir et la vérité n'est pas toujours bonne à entendre ou facile à accepter dans son cas.

Clary est une fille ordinaire, gentille, aimante et elle possède un don pour le dessin. Elle qui n'a jamais connu son père, va devoir faire face à la disparition de sa mère et à toutes les révélations qui en découleront. Sa détresse m'a bouleversé. Elle est perdue, ne comprend plus rien, elle est en colère, triste et ne sait plus à qui elle peut faire confiance ni sur qui elle peut compter. Si elle veut survivre et retrouver sa mère, elle va devoir s'en accoutumer et apprendre au plus vite. Elle pourra compter sur le soutien de Simon mais également du beau Jace qu'elle vient de rencontrer et qui à l'air d'en savoir bien plus qu'elle. Par certains aspects, j'ai réussi à m'identifier à elle, je l'ai trouvé attendrissante. Elle ne prend pas toujours les bonnes décisions mais fait de son mieux au vu des circonstances.

Simon est l'ami d'enfance de Clary, son meilleur ami. C'est un geek et il est secrètement amoureux d'elle depuis longtemps. Il aimerait tant que cet amour soit partagé et qu'elle le voit autrement qu'en ami. C'est un jeune homme intelligent, passionné, gentil mais il devient jaloux, possessif, borné et égoïste dès que Jace fait irruption dans la vie de Clary. Si au début, son rôle d'amoureux transit m'a touché, cela n'a pas duré bien longtemps. Il m'est vite devenu de plus en plus énervant, au moins où je ne le supporte définitivement plus. J'ai envie de le secouer et de le frapper pour qu'il ouvre les yeux et cesse enfin de se comporter comme un crétin. Rare sont les protagonistes faisant partis des "gentils" qui m’agacent à ce point, mais là je sature. Il me rappelle Jacob dans Twilight. Je n'ai réussi ni à m'identifier à lui, ni à m'y attacher et encore moins à l'apprécier.

Jace est un chasseur d'ombre qui connait très bien le monde obscur et ses règles. Il baigne dans ce monde depuis toujours. Il n'a jamais connu sa mère, qui l'a abandonné alors qu'il n'était qu'un enfant et son père fut tuer il y a de ça des années. Après le décès de ce dernier, la famille Lightwood l'a recueilli et élevé comme leur propre fils. Il a grandi avec leurs enfants, Alec et Isabelle. C'est un excellent guerrier et le lien qu'il partage avec Alec leur apporte une force considérable.
C'est un jeune homme solitaire, mystérieux, qui ne laisse jamais entrevoir une étincelle d'émotions. Il est fort, têtu et impulsif. Il tire sa force de ses faiblesses et de ses doutes. Il est très énigmatique et quelque chose m'attire chez lui. Je n'ai pas réussi à m'identifier à lui et pourtant je ne suis pas indifférente à son histoire. Il a réussi à faire battre mon petit cœur et il me tarde de le découvrir plus en profondeur.

Dans ce premier tome, l'auteure nous pose les bases de son univers et nous propose pas mal de rencontres avec ses personnages. Ils sont tous bien différents et pourtant... si complémentaires. Chacun à un rôle, un caractère qui lui est propre et un passé bien à lui. les personnages sont riches et travaillés. 


Je ne sais pas si cela vient du fait que je connaissais déjà une partie de l'histoire avant de commencer cette lecture, mais j'ai trouvé la bonne première partie du récit lente et légèrement pesante. J'ai eu du mal à m'immerger complètement. Je n'ai pas eu cet engouement qui nous pousse tout naturellement à tourner les pages les unes derrière les autres. De plus, les chapitres sont assez longs et ne favorise pas une lecture rapide. La seconde partie, quant à elle, est beaucoup plus rythmée, on entre dans le vif du sujet et tout s'enchaîne. C'est à ce moment là que ma curiosité a été piquer et il me fallait à tout prix la conclusion de ce premier tome. La plume de Cassandra Clare est un plaisir pour les yeux. Son écriture est fluide, aérée et prenante. L'univers qu'elle nous propose est complexe, original et rassemble tout un tas de créatures au même endroit. C'est intéressant et elle crée ainsi une certaine curiosité chez nous, lecteurs. Cette partie est entraînante et addictive au possible.
J'ai eu bien du mal à me motiver pour la première mais la seconde est passée comme une lettre à la poste. L'auteure a su se rattraper en me captivant suffisamment pour que je souhaite continuer la saga. LA révélation m'a littéralement laissé sur les fesses et j'espère qu'il y a une autre explication que celle que l'auteure nous propose ici, car je ne pense pas que je pourrais m'en remettre. Cette découverte m'a brisé le cœur.
Ma lecture a été mitiger dans le sens où malgré le fait qu'une partie m'a totalement convaincue, l'autre m'a quelque peu ennuyé.

En résumé, un tome d'introduction qui nous pose toutes les bases nécessaires pour la suite des événements. Une première partie lente et lourde mais, une seconde beaucoup plus rythmée et qui à éveillé ma curiosité. Un univers original et riche qui donne envie d'en savoir plus, des personnages attachants ou énervants, perdus ou torturés qui ne vous laisseront pas indifférents. Des interrogations et des révélations plus que surprenants. Une plume intéressante et fluide (pour la seconde partie). Une histoire que je vous recommande malgré ses longueurs du début, car la seconde partie en vaut la peine et nous laisse entrevoir une suite prometteuse, addictive à souhait et pleine de surprises...




Extraits :

"Aussi rapide que le fouet d'Isabelle, Jace roula sur le côté. Son couteau étincela dans sa main, et il planta la lame dans la poitrine de son adversaire. Un liquide noirâtre éclaboussa le manche de l'arme. Le garçon se courba, émit un gargouillis répugnant et son corps se convulsa. Jace se releva avec une grimace de douleur. Sa chemise noire était couverte de taches sombres. Il baissa les yeux vers la créature qui se tordait à ses pieds et se pencha pour arracher le couteau souillé de la plaie."

"- Ces filles, là-bas, à l'autre bout du compartiment... Elles te regardent.
Jace répondit avec une complaisance tranquille:
- C'est normal, je suis beau à tomber par terre.
- Ce n'est pas la modestie qui t'étouffe!
- La modestie? C'est un concept de laid. Les humbles régneront peut-être un jour sur le monde, en attendant, il appartient aux vaniteux."

"La douceur dans sa voix surprit Clary : elle se retourna lentement et le fixa depuis l'autre côté de la pièce. Elle se demanda par quelle bizarrerie cet homme, avec ses cheveux blancs et son visage balafré faisait beaucoup plus vieux que sa mère. Pourtant, ils avaient été "jeunes" à la même époque, ils avaient rejoint le cercle, côtoyé Valentin."



2 commentaires:

  1. Très personnellement, je n'ai absolument pas adhéré à cette série...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, il en faut pour tous les goûts. J'en suis a 179 pages du troisième tome et j'aime bien c'est sympa et intéressant. Mais pour le moment, pas de coup de cœur sur cette série.

      Supprimer