samedi 4 juin 2016

Survivre de Jeanne Bocquenet-Carle




Éditeur : Rageot
Parution : 18 mai 2016
Pages : 216
Prix : 13€90

Synopsis :

Ils sont cinq. Trois adolescents et deux enfants.
Depuis que tous les adultes ont brutalement disparu, ils sont livrés à eux-mêmes dans un monde en proie au chaos.

Ils ont décidés de partir.
Sur leur route : des barrages, des bandes armées, des loups.
Leur seul objectif : survivre.

Et vous, que feriez-vous si votre vie basculait en quelques secondes?

Mon avis :

Lorsque j'ai entendu parler de ce livre sur les romans sociaux, je n'avais plus qu'une envie : le découvrir.

Dans cette histoire nous allons découvrir 5 enfants/adolescents. Clémence et Nina, Adam, Vic et Mickey.
Un beau matin, ils se réveillent et découvrent que tous les adultes ont disparus. Ils sont alors livrés à eux-mêmes et devront faire face à bien des obstacles pour tenter de survivre et de se construire un avenir.
Dans un premier temps, nous suivons uniquement Clémence et sa jeune sœur Nina. Depuis un certain événement, Nina ne parle plus du tout et Clémence devra trouver un autre moyen pour communiquer avec elle. Les deux jeunes filles ont fuit leur domicile et se sont réfugiés dans un conservatoire de musique, celui ou Nina prenait des cours. Malheureusement, leur repos est de courte durée. La nourriture commence à leur manquer et les deux jeunes filles vont devoir partir de leur refuge. Elles devront faire attention à ne pas croiser les Kill.

Clémence est une adolescente courageuse prête à tout pour  protéger sa sœur et subvenir à ses besoins. Elle est complètement dépassée par la situation et fera de son mieux pour s'y adapter. Le fait que Nina ne parle plus m'a beaucoup touché. Cette petite fille a déjà subi un traumatisme et pourtant son calvaire est loin d'être terminé. Je me suis plus attaché à Nina qu'à Clémence. Elle est si jeune, si fragile, totalement désemparée et effrayée. On a envie de la réconforter, la câliner, de prendre soin d'elle.

Vic, Adam et Mickey (dont on est pas sur de son vrai prénom), habitent ensemble dans un lieu peu banal. 
Adam est un adolescent têtu, plein de bonne volonté, gentil, coriace et qui ne se laisse pas intimider.  Il est malheureusement un peu trop stéréotypé comme c'est souvent le cas dans ce genre de roman. A mon grand regret, il ne m'a pas plus séduite que ça, ni touché.
Mickey est un jeune garçon à peine plus âgée que Nina qui ne parle pas non plus, sans que l'on sache pourquoi. Il a peur, ne comprend pas ce qu'il se passe, ni comment sa vie a basculer du jour au lendemain. Les plus grands sont heureusement là pour veiller sur lui. Avec Nina, ils formeront un duo touchant et étonnant. J'ai pris plaisir à suivre leur histoire.
Vic, quant à elle, est la tête forte du groupe. Elle est têtue, sans pitié, à un caractère de cochon et n'aime pas qu'on change ses habitudes. C'est une excellente tireuse et n'hésitera pas à se servir de son arme si le besoin s'en fait ressortir. La seule personne en qui elle a confiance est Adam.
La jeune fille a vécu bien des épreuves avant de rencontrer Adam et même si je ne suis pas restée insensible à son parcours, je n'ai pas réussi à m'attacher à elle.

Les enfants m'ont attendri et ému ce qui n'est pas forcément le cas des adolescents.

L'auteure à une écriture agréable et légère. Je n'ai fait qu'une bouchée de ce roman.
L'idée de faire disparaître tous les adultes d'un coup de baguette magique m'a intrigué et je me demandais ce qui avait bien pu leur arriver. L'univers est intéressant et le fait que l'intrigue se déroule en France est un point qui m'a énormément plu. Malheureusement, le livre est court. De ce fait les personnages ne sont pas assez exploités à mon sens, nous n'avons pas forcément assez d'éléments ou de temps pour s'y accrocher ou s'identifier.
Certaines questions restent en suspens et je suis frustrée de ne pas avoir toutes les réponses.

J'ai apprécié ses différentes idées et ce qu'elle a mis en place tout au long du récit. Cette histoire ne manque pas d'imagination. Il y a de l'action, des rebondissements, des obstacles, des temps où l'on peu souffler un peu, des questions qui nous trottent dans la tête et nous obsèdent. A mon sens, ce roman souffre juste d'un manque d'approfondissement probablement lié à son nombre de pages.
L'auteure jongle entre les moments au présent et ceux d'avant la disparition, c'est intelligent et très appréciable. Les chapitres sont courts ce qui rend la lecture fluide et aérée.
Une centaine de pages supplémentaires auraient pu rendre ce récit tout autre et combler ce qui manque à la lecture.

En résumé, une bonne lecture, agréable et fluide. Un univers intéressant et une intrigue qui se déroule en France. Des éléments intéressants, de l'action, des rebondissements, de nombreuses questions, mais malheureusement une histoire qui aurait pu être bien plus approfondit et des personnages plus en profondeur.
Une lecture que je recommande si vous voulez une lecture sans prise de tête ou si vous aimez les fins ouvertes.




Extraits :

"Clémence serra fort son  corps contre elle.
Ne meurs pas, ne meurs pas...
Le roulis des flots berçait le voilier tel un landau de mer.
Le sang avait coulé en vagues symétriques le long des coutures de la voile qui les protégeait des embruns. Il avait taché les mains de Clémence et s'était incrusté sous ses ongles. Son sang.
Clémence inspira profondément. Jamais elle n'avait aimé quelqu'un aussi fort. C'était son cœur qu'elle retenait entre ses bras. C'était son âme qu'elle enlaçait."

"En effet, des centaines de messages racontaient la même histoire : je me suis réveillé et ma mère n'était pas là, il n'y a pas de profs au lycée, plus aucune voiture ne circule dans ma rue, il n'y a personne dans la supérette en bas de chez moi et j'ai emporté ce que j'ai voulu, ma voisine qui est nourrice s'est volatilisée et trois bébés hurlent parce qu'ils sont seul, mon beau-père est sorti en laissant sa cigarette allumée..."

"Des murailles s'élevant à plusieurs mètres du sol encerclaient la cité médiévale. A chaque créneau, l'ombre d'une sentinelle annonçait que le fief des Kerdréon était farouchement surveillé. 
Des crânes et des têtes coupées d'adolescents ou d'enfants se dressaient sur des piques comme une menace. Ici, le clan possédait droit de vie ou de mort sur qui entrait et sortait."

2 commentaires:

  1. Ah, là, là, c'est le deuxième avis positif que je vois sur ce roman, je le veuuuuuuuuux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus, le prix est plus que correct. Si tu l'achètes, dis-le moi^^ Bon week-end et bonnes lectures!!!

      Supprimer