dimanche 19 février 2017

Mentine, tome 1 : Privée de réseaux de Jo Witek




Éditeur : Flammarion Jeunesse
Parution : 11 février 2015
Pages : 236
Prix : 12€

Synopsis :

- 9.5! a hurlé papa avec une tête de serial killer. Ma fille a sauté deux claisses, a le QI d'Einstein et elle n'obtient pas la moyenne à son passage en troisième! Dans ces conditions, ce sera donnant donnant. Une année scolaire pourrie égale un été pourri!

C'est comme ça que j'ai été privée de mon stage de surf et de mes copines. La sentance est tombée : mon père me condamnait à deux mois d'exil dans le Larzac. J'allais me retrouver sous la flotte à bouffer du fromage de chèvre dans un horrible sweat en polaire.

Mon avis :

Mentine est une adolescente de 12 ans absolument pas comme les autres. Sa particularité : elle a un QI à la Einstein. Pour se faire des amis, la jeune fille décide de complètement foirer son année scolaire. Les intellos n'étant pas les mieux vus auprès des élèves, elle se concentre pour cacher son QI aux yeux de tous. Ses parents à qui elle fait vivre un véritable enfer au quotidien décide de la punir de façon radicale. Ils espèrent ainsi lui donner une bonne leçon, mais surtout qu'elle ne réitère pas ses exploits l'année suivante.

Je ne connaissais absolument pas cette trilogie jusqu'à ce que les éditions Flammarion Jeunesse organise un concours pour la gagner. Je les remercie chaleureusement pour leur colis. On peut dire qu'ils ont l'art et la manière de chouchouter leurs lecteurs puisque, non seulement j'ai eu les 3 tomes de Mentine, mais également des tatouages éphémères et un très joli tote bag que j'adore et qui me suis partout.

Mentine est une adolescente très intelligente. Elle est précoce sur beaucoup de choses, comme par exemple le fait qu'elle sache lire toute seule depuis l'âge de 5 ans. Elle a une soif incontrôlable de d'apprendre malgré ce qu'elle laisse penser à ses camarades. Elle aime passer du temps avec ses copines à papoter, s'envoyer des textos ou encore aller sur internet. Quand elle est seule, elle dévore les livres pour étancher sa soif de connaissance. C'est une jeune fille caractérielle, agaçante par moment et sa langue est bien trop souvent pendue pour son âge. Elle mène tout le monde à la baguette et en fait voir de toutes les couleurs à son entourage. Je l'ai trouvé drôle et attachante, même si je doute fortement que je la supporterais au quotidien. Comment va-t-elle vivre ses vacances forcées à la campagne? Quelle sera sa relation avec l'ami de sa grand-mère? Arrivera-t-elle à s'y faire ou vivra t-elle un véritable enfer?

Ses parents sont gentils, sans doute un peu trop vis-à-vis de leur progéniture. Mais ils sont surtout épuisés. C'est que Mentine leur demande une énergie monstrueuse au quotidien en plus du boulot et de toutes les choses qu'un adulte gère au quotidien.Si d'habitude ils cèdent un peu trop facilement à leur fille, cette fois-ci ils sont déterminés à marquer le coup. Et quel coup... Privée une adolescente de toutes les avantages et commodités auxquelles elle est habituée, promet des vacances qu'elle ne sera pas prête d'oublier. J'ai compatis avec ses parents et essayé de me mettre à leur place. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'ils sont courageux et ont les nerfs solides, j'aurais craqué bien avant eux. J'ai apprécié cette saisissante différence entre les parents et Mentine.

Raoul sera l'hôte de Mentine pendant la période des grandes vacances. C'est un ami de sa grand-mère et agriculteur de profession. Il est connu et respecté de tous. Il a fait énormément de choses dans le passé pour améliorer les conditions de la profession. Il est patient et bien gentil, mais vaut mieux ne pas le pousser à bout. C'est un travailleur exemplaire qui ne se plaint jamais. Quand il rencontre Mentine, il va se demander pourquoi il a accepté cette mission périlleuse. Il se rendra vite compte que c'est une enquiquineuse hors pair. Dès le début, il lui montrera que malgré qu'elle ait pris l'habitude de mener son monde à la baguette, ça ne marchera pas avec lui. Pour lui, elle est assez grande pour se prendre en main et bien trop jeune pour imposer sa loi. Raoul est au moins aussi têtu que Mentine et leurs échanges m'ont fait sourire. J'ai aimé ce personnage qui peu paraître acariâtre et froid au premier abord, mais qui mérite d'être connu.

Je découvre la plume de Jo Witek avec ce premier tome. Elle est légère comme une plume, simple, mais efficace et drôle. Je trouve l'idée de base bien sympathique et j'ai pris plaisir à suivre ses personnages. C'est un livre sans prise de tête qui nous permet de nous évader avec aisance, ce qui n'est pas pour me déplaire. Son héroïne a ses qualités et ses défauts, c'est une coriace et ce que j'ai particulièrement aimé c'est le fait que malgré son jeune âge, elle ait un tempérament de feu et que l'intrigue prend place dans le monde réel. De ce fait, nous n'avons aucun mal à visualiser les choses et à reconnaître certaines personnes qu'on connaît. J'espère que les deux tomes suivants seront aussi fun que celui-ci.

En résumé, un premier tome réussi qui me change de ce que j'ai l'habitude de lire dans cette tranche d'âge. Une plume simple, fluide et drôle grâce à laquelle j'ai passé un très bon moment de lecture. Des personnages attachants et têtus que l'on prend plaisir à suivre. Un premier tome que je recommande aux enfants de 10-12 ans ainsi qu'à tous ceux qui aiment ce genre de littérature.


Extraits :

"Franchement, mes parents devraient me remercier au lieu de passer leur temps à me faire des reproches. Grâce à moi, ils ont une vie trépidante. Et qui sait? Si je n'avais pas été là depuis douze ans et sept mois, ils ne seraient peut-être plus ensemble. J'ai lu un truc là-dessus un jour. Au bout de sept ans de mariage, un couple sur deux est brisé. Eux, grâce à mon sale caractère et à ma propension aux bêtises, restent proches l'un de l'autre, ils se tiennent les coudes, partagent leurs peines, leurs déceptions, leurs angoisses. Ils sont solidaires au lieu de redevenir solitaires!"

"Maman n'a pas tort. Je pense trop loin et ça fait parfois souffrir. Mais mon cerveau est plus fort que ma volonté; j'analyse tout, je ne peux pas m'en empêcher, comme de compter les marches des escaliers que je gravis ou de faire l'addition des courses de ma mère avant la machine enregistreuse des caissières. Faut s'y faire! Mais contrairement à ce que pense ma mère, mes neurones de courses ne m'empêchent pas de penser aux garçon. Beaucoup, et même très souvent."

"Exténués par mes courtes nuits, mes parents m'ont très vite appris à m'occuper seule dans ma chambre, ce qui m'a plongée dans de longs moments de solitude que j'ai appris à partager au fil des années avec les livres. La lecture fut la cabane de mon enfance. Cachée au milieu des mots et des images, je voyageais dans des pays où l'ennui n'existait pas et où, contrairement au monde réel, aucune question ne restait sans réponse."




2 commentaires:

  1. Bonjour.
    Première chronique que je lis sur ton blog et j'aime beaucoup ta façon de developper ton avis merci.
    Mentine ne file pas dans sa chambre mais dans ma wish-list ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mavilyly, merci beaucoup, ça me touche. Si tu le lis, n'hésites pas à me dire ce que tu en penses. Belle journée et bonne lecture!!!

      Supprimer