vendredi 14 avril 2017

Nos cœurs tordus de Séverine Vidal et Manu Causse

 


Éditeur : Bayard Jeunesse
Parution : 1er mars 2017
Pages : 224
Prix : 13€90

Synopsis :

Vladimir, dit Vlad, a les genoux qui se cognent et les mouvements désordonnés d'un pantin désarticulé...
Handicapé de naissance, il est passionné de cinéma, drôle, sensible, généreux et n'a pas sa langue dans sa poche.

Lou est séduite... et Vlad tombe amoureux. Mais Lou sort avec Morgan.

Je remercie Babelio et les éditions Bayard pour l'envoi de ce livre!

Mon avis :

Lorsque j'ai vu passé la couverture sur les réseaux sociaux, j'ai cherché le résumé et les premiers retours disponibles. Entre la chronique de Lire-une-passion et le synopsis qui nous promet une histoire différente, j'ai eu envie de le découvrir à mon tour.

Dans ce roman nous allons suivre des protagonistes pas comme les autres.
En effet, ils sont plusieurs à avoir un handicap, qu'il soit moteur ou mental.
A l'occasion de l'ouverture d'une section spécifique (ULIS) qui leur ait dédiée dans un collège basique, nos héros vont se rencontrer et nouer des liens. On va les suivre tout au long de l'année scolaire et vivre avec eux leur quotidien, leurs échecs, leurs réussites, leurs espoirs et leurs doutes.

Vlad est un garçon qui souffre d'un handicap moteur depuis sa naissance et n'a jamais pu marcher sans l'aide d'une canne. C'est un passionné de tout ce qui touche à l'univers cinématographique et accepte le pari fou de réaliser un court-métrage avec ses nouveaux amis pour ainsi espérer gagner le concours.
Il est vif d'esprit, intelligent, débrouillard, gentil, généreux, sérieux et terriblement attachant. Par moment, il est aussi à fleur de peau et en proie aux doutes donc on ne peut qu'avoir envie que les choses s'améliorent pour lui. C'est un garçon plein de compassion et qui essaye de se donner les moyens d'atteindre le but qu'il s'est fixé. 
J'ai vraiment adoré ce personnage et me suis très vite attachée à lui. J'ai vécu intensément cette histoire comme si au final, c'était quelqu'un de mon entourage que j'avais envie d'aider et de chouchouter.

Saïd est un garçon turbulent qui aime semer la zizanie en cours. Il est habitué à rendre visite au Directeur dans son bureau. Un beau jour celui-ci lui propose un accord pour le moins surprenant...
Lors du discours de bienvenue, il va remarquer Vlad et se dire que soit il est extrêmement courageux, soit complètement fou pour oser parler comme ça au Directeur. Une chose en entraînant une autre, les deux jeunes garçons vont se rapprocher et nouer une très belle amitié.
Saïd ne souffre d'aucun handicap, c'est simplement un adolescent rebelle qui a bien du mal à canaliser son énergie dans quelque chose de productif. Etre en présence de ces élèves hors du commun lui apportera bien plus que ce qu'il aurait pu espérer. 
Au fil du temps il devient plus abordable, respectueux, gentil, joyeux, drôle et même avenant. Il s'impliquera dans un projet et nous montrera de quoi il est réellement capable, pour peu qu'il s'en donne la peine.
C'est sans doute le personnage dont l'évolution est la plus saisissante.

Lou est une jeune fille douce, jolie et fort sympathique. Quelque chose l'intrigue dans la venue des nouveaux élèves et elle n'hésitera pas à se rapprocher d'eux pour faire connaissance. Elle sort avec Morgan, le beau gosse du lycée, sportif, un brin prétentieux et agaçant.
Son arrivée dans le groupe va créer une réelle cohésion qui fait plaisir à voir. Lou y apporte la joie et la bonne humeur. Elle est fougueuse, revigorante et n'hésites pas à taper du point sur la table si nécessaire.

Le gros point positif de ce roman sont les personnages. Ils n'ont rien en commun, n'étaient pas spécialement amenés un jour à se rencontrer et encore moins être amis ou tomber amoureux et pourtant! Le mélange de toutes ses personnalités est savoureux et j'ai adoré ce roman.

Ce roman est frais, divertissant, intéressant et le thème du handicap y est exploré avec intelligence, sans prétention ni drama.
Les auteurs nous posent simplement les faits et nous prouve que peut importe sa santé ou sa condition physique, on est capable de mener à bien des projets si on s'en donne les moyens et que l'on y croît.
Les plumes sont fluides, délicates et addictives à souhait. On a envie de savoir comment les choses vont évoluer pour nos protagonistes, si ils vont y arriver, si les sentiments peuvent-être réciproques, etc...
Ce roman est une belle leçon de vie! Nos héros sont handicapés certes, mais ils ne passent pas leurs journées à se plaindre quand certains les passent à râler pour un oui ou pour un non. Malgré tout ils croquent la vie à pleines dents et savent saisir les opportunités qui se présentent. Ils sont comme tout le monde, ils ont des rêves, des attentes, des périodes ou ça ne vas pas, d'autres où ils ont envie de sauter de joie, des désillusions et tout ce qui rythme la vie d'un être humain.
C'est un message de tolérance. Derrière les apparences peuvent se trouver des êtres hors du commun qui apporteront la lumière dans votre quotidien, pour peu qu'on leur laisse une chance.
Une lecture que je recommande à tous, petits ou grands, de 10 à 100 ans!

En résumé, une excellente lecture. J'ai adoré les personnages, le contexte, l'intrigue et les plumes des deux auteurs. Le tout est magnifiquement et subtilement mené. Un récit sur la différence qui prouve que la tolérance peut nous apporter beaucoup de choses positives. Un livre à mettre dans les mains du plus grand nombre de lecteurs et dès 10 ans.


Extraits :

"Maman me couve de son petit regard approbateur, comme toujours. Ma plus grande fan. Elle voit mon jean tout propre, mes cheveux en vrac mais pas trop, mon T-Shirt le plus classe. Son Vlad a elle, mais équipé pour affronter le regard des autres.
Et comme chaque matin, elle ne voit pas les genoux cagneux, les hanches en vrille, le dos en virage et les doigts crochus. C'est ça, l'amour d'une mère. Ça me tient debout!"

"Il n'a rien demandé. C'est le chef d'établissement qui a insisté l'année dernière pour demander l'ouverture d'une ULIS, une Unité Localisée pour l'Inclusion Scolaire, dans le collège. Une très belle idée selon lui : ouvrir le savoir à des personnes qui n'y ont pas accès d'habitude, favoriser l'insertion de ces jeunes, changer le regard des autres...
Seulement voilà : la gestion de tout ça, c'est à lui, Flachard, de se la taper."

"Sales menteurs. Un handicap, c'est une tragédie, c'est tout. Une putain de tragédie. Imagine une fille qui au lieu d'être fière de ses guibolles interminables, au lieu de s'engueuler avec sa mère sur la longueur des jupes qu'elle peut porter, doit cacher ses cuisses sous une couverture - ses deux cuisses inutiles, racornies, ses deux cuisses de squelette boudiné. Parce que même une jupe longue, même un pantalon ample ne suffirait pas à masquer la réalité : ses jambes, elles sont atroces. A faire hurler les gens comme dans les mauvais films d'horreur. Quand ils n'éclatent pas de rire."





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire