jeudi 22 juin 2017

Le garçon qui voulait courir vite de Pierre Bottero


Éditeur : Flammarion Jeunesse
Parution : 24 mai 2017 (pour cette édition)
Pages : 168
Prix : 7€

Synopsis :

Debout derrière la grille de l'école, Agathe regarde son frère, Jules ne dit rien, il semble perdu. Depuis l'accident de voiture de leur père cet été, Jules ne parle presque plus et court de moins en moins bien... comme s'il avait perdu l'usage de ses jambes. Qui rendra à Jules sa joie de vivre?

Mon avis :

Cela fait plusieurs années que je souhaite découvrir les romans dit one-shot de Pierre Bottero. Quand j'ai vu que Flammarion Jeunesse les réédités, j'étais aux anges et me suis dit que c'était l'occasion ou jamais. De plus, ma meilleure amie vient de m'en offrir 2 d'un coup sur les 5 de cette collection.

Dans ce livre on va suivre Agathe, une collégienne et Jules, son petit frère. Ils vivent seuls avec leur mère depuis le drame qui s'est déroulé pendant l'été. Si Agathe est forte et continue d'avancer jour après jour malgré ce qui s'est passé, ce n'est pas la même histoire pour Jules. Le petit garçon ne parle pratiquement plus et se contente d'une seule question. Sinon ses lèvres restent scellés et son entourage doit apprendre à décrypter ses gestes pour communiquer avec lui. Il a une passion pour la course, mais lorsqu'il essaye de courir, ses jambes ne suivent plus.
On va suivre leur quotidien, leurs difficultés diverses et variées, comment leur vie a basculer du jour au lendemain, mais aussi la remontée de l'espoir et du bonheur.

Agathe est une adolescente. Elle est au collège et a des amis avec qui elle évite le sujet délicat de l'accident de son père. Suite à cela, Agathe et Jules sont suivis par un professionnel qui tente de les faire extérioriser tout ce qu'ils traversent, mais est-il vraiment compétent? Comme si le drame dont sa famille a été victime ne suffisait pas, Julien un élève de son collège se met à les harceler elle et son petit frère. 
Notre héroïne est gentille, serviable, elle s'occupe très bien de son petit frère et fait tout pour qu'il retrouve la notion du bonheur au quotidien, elle est calme, douce, courageuse et tellement attachante. On ne peut qu'être touchée par ce qu'elle traverse et on croise les doigts pour que les choses s'arrangent pour eux.

Jules est un petit garçon qui a vécu un traumatisme. Depuis, même si il en est "médicalement" capable, il ne parle pratiquement plus et lorsqu'il essaye de courir, ses jambes ne suivent plus le mouvement et lui donne un air de pantin désarticulé. Cela lui vaut des moqueries, un surnom et de la méchanceté gratuite. Vu son jeune âge, j'étais limite choquée d'assister à des propos aussi réducteurs et virulents le concernant. Je n'avais qu'une envie, le prendre dans mes bras pour lui faire un câlin et le rassurer. Ce petit garçon est passionné par la course à pied, gentil, intéressant et tellement attendrissant,. J'ai aimé le suivre et découvrir au fur et à mesure son évolution et ses éventuels progrès.

Viens ensuite Thomas, un garçon qui est dans le même collège qu'Agathe. Ces deux jeunes gens vont très vite se découvrir une affinité commune pour Le seigneur des anneaux de Tolkien et devenir amis. Thomas est l'ami rêvé. Toujours à l'écoute, toujours prêt à remonter le moral, à vous changer les idées, drôle, attentionné, courageux même si parfois irréfléchi, toujours là pour vous défendre et c'est un adolescent agréable au quotidien. La vie n'est pas non plus hyper facile pour lui, mais il ne se concentre pas dessus et vis sa vie au jour le jour en profitant des choses au maximum. Son personnage apporte de la légèreté au récit et un point d'ancrage pour les autres personnages, ce qui je dois le reconnaître est fort appréciable. De plus, pour une fois que c'est un garçon et pas une fille qui tient ce rôle, ça a fini par me convaincre totalement.

Ce n'est pas la première fois que je lis Pierre Bottero et pourtant c'est la première fois que je lis un roman jusqu'au bout. L'automne dernier, j'ai commencé La quête d'Ewilan, mais arrivé à la moitié je n'étais toujours pas entrer dans l'histoire et j'ai préféré le mettre de côté. Je pense que ce n'était pas le bon moment pour lire cette série et je la reprendrais plus tard.
Du coup, je ne savais pas trop à quoi m'attendre et je dois dire que je suis ressortie complètement convaincue par ma lecture. L'auteur nous offre des récits courts avec des thématiques difficiles à appréhender avec un lectorat assez jeune. Pourtant, il le fait avec brio! 
Il nous embarque en un rien de temps dans son histoire, dans la vie de ses personnages au quotidien, après un tel drame sans rendre le récit larmoyant ou désespérant. Sa plume est fluide, légère, simple à comprendre, efficace et prenante. Il a une telle façon de nous raconter son histoire qu'on ne peut pas y rester hermétique. Il ne s'encombre pas de détails insignifiants qui pourraient alourdir de façon conséquente le récit. Cependant, il nous livre tout ce dont on a besoin pour comprendre l'essentiel. On ne se sent ni perdu ni lésé. De plus, cette histoire fait réfléchir sur les choses essentielles de la vie, sur la reconstruction de soi après avoir vécu une terrible épreuve, sur ce qui nous rend tout simplement heureux, et 15 ans après sa première publication, le sujet du harcèlement scolaire est tristement toujours d'actualité. Je pense que c'est un livre qu'il faut mettre dans les mains d'un plus grand nombre d'enfants ou d'adolescents. Un livre qui leur fera prendre conscience qu'on ne devient pas quelqu'un de grand et de fort en écrasant les plus petits ou les plus faibles, que laisser faire, fais de nous quelqu'un qui ne vaut guère mieux, que chacun à sa place et qu'il peut y avoir du bon à apprendre à tolérer et accepter la différence telle qu'elle soit ou tout simplement faire passer au lecteur un bon moment de lecture. Ce genre d'ouvrage peut permettre une prise de conscience que ce soit dans un cas comme dans l'autre et peut-être qu'ainsi les enfants victimes de harcèlement scolaire comprendront qu'il faut parler pour améliorer les choses et que ce qu'ils vivent est non seulement anormal, mais également punissable. Même si ce récit n'est pas forcément joyeux de par les thématiques abordées, j'ai passé un excellent moment de lecture et l'espoir trouve toujours sa place même lorsqu'on ne l'attend plus. J'aurais adoré me plonger dans ce genre d'ouvrages lorsque j'étais moi-même enfant et adolescente. Et même si je suis plus le premier public visé, merci à Flammarion pour avoir redonner une seconde jeunesse à ces écrits!

En résumé, un roman que j'ai adoré découvrir qui aborde les thèmes de la perte d'un être cher, de la reconstruction de soi-même, de la culpabilité quant au fait de reprendre une vie normale et du harcèlement scolaire. En gros, un livre qui fait réfléchir sans qu'on s'en aperçoive. Des personnages intéressants, captivants et attachants qui nous feront vivre tout un tas d'émotions et une plume très plaisante à lire.


Extraits :

"J'ai rangé soigneusement ma peine dans le vide que la mort de papa a créé dans mon ventre. Je sens intimement que ce vide, pourtant inconnu des médecins, est important. Un jour, lorsqu'il aura cessé d'être douloureux, il sera une force, j'en suis sûre. Il me faut entretenir ce coin secret, ne pas le laisser disparaître lui aussi, ne pas oublier, ne même pas envisager d'oublier. Mais bon sang, que ça fait mal!"

"Après l'accident, Jules a arrêté de parler. D'abord les docteurs ont pensé que ce pouvait être dû au choc physique. En effet, il avait été éjecté de la voiture avant qu'elle ne percute l'arbre, et il se pouvait qu'il ait été victime d'un traumatisme crânien.
Comme les radios n'ont rien montré, les psychologues ont pris le relais.
Choc affectif en voyant brûler l'auto qui contenait mon père!"

"- Je ne sais pas, mais j'ai surtout pas envie que tu me révèles la suite. Je veux déguster le livre en entier et complètement. D'accord?
- Je ne t'aurais rien dit de toute façon, a souri Thomas, je ne supporte pas qu'on me dévoile la fin d'un bouquin. Je ne vais pas m'y mettre moi aussi.

Nous avons ensuite discuté de choses et d'autres et lorsque la sonnerie a retenti, j'ai soudain pris conscience que j'avais passé la récréation entière à parler avec Thomas."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire