jeudi 22 juin 2017

Le monde du milieu de Lisa Angelini


Éditeur : Sharon Kena
Parution : 14 février 2017
Pages : 200
Prix : 12€ (version papier) - 6€49 (ebook)

Synopsis :

Eleanor a 18 ans. Depuis la mort de ses parents, elle vit à Brighton, chez son oncle. Taciturne et désinvolte, la jeune fille a le goût du risque et se plaît à braver les interdits, accompagnée de sa meilleure amie Rosalinda.

Lors d'une soirée qui tourne mal, Eleanor perd connaissance. A son réveil, une rencontre étonnante l'attend : un jeune homme nommé Domenic qu'elle est la seule à voir et qui prétend être son ange gardien...

Mais l'habit ne fais pas toujours le moine... Même si Dom a le physique de l'emploi, qui est-il réellement et quel est donc ce "Monde du milieu" auquel il affirme appartenir?

Mon avis :

J'ai découvert Lisa avec sa saga L'énigme 2+0=3 écrite à 4 mains avec Rachel Berthelot. Vous savez cette saga dont je vous rabâche les oreilles et qu'il faut absolument découvrir si ce n'est pas déjà fait.
C'est donc tout naturellement, quand j'ai eu vent de la sortie d'un nouveau roman de cette auteure et en solo cette fois, que je me suis dit qu'il fallait absolument que je le découvre.

Dans ce livre, on va rencontrer Eleanor, une jeune femme de 18 ans. Elle a perdu ses parents et depuis, elle vit avec son oncle. C'est un homme seul, il n'a ni femme ni enfants et a recueilli sa nièce sans vraiment savoir où il mettrait les pieds. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle lui donne du fil à retordre. Eleanor est une jeune femme qui profite de la vie au maximum et cela passe également par l'alcool, par fumer et encore bien d'autres choses. Un soir, elle profite un peu trop de sa soirée et se retrouve à l'hôpital pour un coma éthylique. A son réveil, elle fait la connaissance de Domenic, un jeune homme dont elle ne sait rien si ce n'est qu'il est plutôt beau gosse, que personne d'autre qu'elle ne le voit et qu'en plus il dit appartenir au "Monde du milieu". 
La jeune femme se pose des questions. A t-elle vraiment abusé de l'alcool au point d'avoir des hallucinations? Devient-elle complètement dingue? Ou existe-t-il une explication rationnelle à tout ceci?
Si vous voulez le savoir, il vous faudra lire ce roman!

Eleanor est une jeune femme qui mort la vie à pleines dents. Depuis le décès de ses parents et l'emménagement chez son oncle, elle fait tout ce qui lui passe par la tête, sans forcément toujours penser aux conséquences de ses actes. Elle a un caractère bien trempé et une langue bien pendue, souvent trop d'ailleurs... Ce n'est pas le genre de femme à se laisser faire, mais plutôt à rentrer dans le tas sans la moindre délicatesse. Elle a beaucoup d'humour et le sens de l'autodérision, ce que j'ai particulièrement adoré. Sa rencontre avec Dom va bouleverser son quotidien et sa vie de manière générale, même si elle ne s'en rend pas compte tout de suite. Grâce à lui, elle va découvrir de nouveaux horizons et également apprendre des choses sur sa propre famille avec laquelle elle est assez distante et froide sans que l'on sache vraiment pourquoi.
J'adore ce personnage et même si elle est parfois une vrai tête à claques, on ne peut que s'attacher à elle. Elle est attachiante (oui ce mot n'existe pas vraiment, mais à force qu'on me le dise, il est rentré dans mon vocabulaire). J'aime ce style de personnage complètement décalé et un peu dingue sur les bords. Avec Eleanor, on a jamais le temps de s'ennuyer et on va de surprises en surprises!

Domenic dit Dom, est un jeune homme au physique plutôt avantageux (même si je suis pas fan des blonds, il faut bien le reconnaître). Il est gentil, calme, délicat... en gros, l'exact opposé de notre héroïne. Mais ce n'est pas pour autant qu'il se laissera marcher sur les pieds et qui plus est, par une enquiquineuse de premier ordre. C'est un personnage assez mystérieux et intriguant, qui se dévoile au lecteur petit à petit. Il ne sait pas vraiment ce qui lui est arrivé, mais ressent le besoin de protéger  et veiller sur Eleanor. Leur rencontre plus qu'étonnante nous procure des répliques bien senties, des joutes verbales à mourir de rire, de la tendresse, des confidences et nous pousse à enchaîner les pages pour connaître le fin mot de l'histoire. Je dois dire qu'à une ou deux reprises, Dom m'a fait très peur.
Comme pour Charlie, le personnage de L'énigme 2+0=3, je n'ai eu aucun problème à lui faire confiance et à m'attacher à lui. Ce personnage ne cesse de nous surprendre et j'adore cela. Je suis contente de l'avoir rencontrer et en redemande.

George, l'oncle de Eleanor est un homme célibataire. Il vit dans une maison sans femme ni enfant et a accepter sans rechigner d'accueillir sa nièce. Mais aurait-il fait le même choix en sachant ce qu'il l'attendait?  Tous les deux se parlent assez peu finalement et la maison étant relativement grande n'aide pas à la communication. Néanmoins, il s'inquiète énormément pour la jeune femme, que ce soit pour son alimentation, sa consommation d'alcool et de cigarettes, ses fréquentations et j'en passe. C'est un homme bon, gentil, généreux, inquiet, attentionné (même si il agit discrètement), calme et surtout pourvu d'une patience en or. A sa place, j'aurais déjà tenter de calmer Eleanor une bonne fois pour toute. Il la laisse vivre ses propres expériences mais en ayant toujours un œil sur ce qui se trame. Lorsque cela lui déplaît, il ne part pas dans un conflit sans fin mais tente de la raisonner gentiment et posément (bon ok, ça ne marche pas vraiment, mais au moins il essaye). Le comportement de sa nièce vis-à-vis de lui m'a parfois fait mal au cœur et je croisais les doigts pour que leur relation s'améliore au fil du temps. C'est un personnage sur lequel on ne sait finalement pas tant de choses que ça, cependant, j'ai eu de l'empathie pour lui.

Lisa Angelini est sans conteste une auteure à découvrir et à suivre. Sa plume est fluide, addictive et bourrée d'humour. J'adore cette femme qui ne cesse de me faire rire à travers ses personnages. On peut dire que les auteures de L'énigme se sont bien trouvées. J'ai découvert ce livre en partant confiante et j'avais raison. Son intrigue est plaisante, originale et bien menée. J'ai aimé ce monde du milieu, mais aussi ce qui en découle et qui est tapi dans l'ombre. Ses personnages sont attachants et drôles, parfois volontairement, parfois à leur dépens. Ils nous font vivre tout un tas d'émotions allant du rire aux larmes, de la joie à la frustration, de la sérénité à l'angoisse, etc... De plus, j'ai vraiment apprécié la conclusion de cette histoire. Si je ne devais pointer qu'un seul petit point négatif ce serait le fait qu'il me manque la réponse à 1 ou 2 questions secondaires. Et oui, je suis chiante, j'aime avoir les réponses à tout. Par contre, je tiens une fois encore à souligner le sadisme de l'auteure. Décidément je vais finir par croire qu'elle aime torturer son lectorat. 

Lisa je sais que tu vas passer par là donc prend note de mon message : NON mais ça va pas de nous faire un coup pareil?!? Mon cœur a explosé en mille morceaux par ta faute. Tu es horrible avec tes personnages et ton lectorat. Déjà Charlie et maintenant tu remets ça?

J'ai beaucoup aimé également les références à d'autres livres que Lisa dissémine dans son récit. Je pense notamment à Charlie ou au titre d'un certain roman.
Pour ma part une chose est sure, je ne lâcherais pas cette auteure en cours de route et attend impatiemment la sortie de son prochain livre en espérant ne pas l'attendre trop longtemps.

En résumé, un one shot qui m'aura fait passer un excellent moment de lecture. Une intrigue originale et bien ficelée, des personnages attachants et barrés qui ne manquent ni d'humour, ni de répartie pour mon plus grand bonheur. Et le tout avec une plume aérienne, plaisante et addictive à souhait.



Extraits :

"Je raccrochai, un sourire aux lèvres. Je considérais Rosalinda comme ma sœur. Avec elle, les fous rires et les disputes s'enchaînaient sans succession logique. On s'entendait au compte-goutte, et, j'avais souvent envie de lui mettre des claques, mais il n'y avait qu'elle qui me comprenait sur certaines choses. Nous nous connaissions depuis la Sixième, et c'était en partie à cause d'elle qu'après la mort de Papa, j'avais voulu vivre avec mon oncle George, qui habitait lui aussi à Brighton. Ainsi, je n'avais pas eu à changer d'école ou à me séparer de mes amis."

"Je me demandais à quelle scène de ma vie il avait dû assister pour la première fois. Je me repassai mentalement les moments les plus embarrassants de mon existence, légèrement inquiète. Genre, chez Rose en train de vomir après avoir avalé des litres d'alcool? Ou encore chez moi à chialer à cause d'une chanson que je n'admettrais jamais avoir écouté de mon plein gré? J'attendais sa réponse en me rassérénant. Si ça se trouve, il était arrivé pendant que je dormais. Il m'avait peut-être même trouvée mignonne. On peut rêver. Enfin, même si c'était le cas, ça n'avait sans doute pas duré longtemps!"

"J'entendis des rires éclater dans la salle à manger. Cela faisait bien dix minutes que j'étais partie. Soit ils n'avaient pas remarqué ma disparition, soit ils s'imaginaient que je coulais le bronze du siècle. Je n'aurais jamais pensé dire ça un jour mais : espérons que ce soit la deuxième. Au moins, ils me laisseraient tranquille encore un moment."





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire