samedi 3 mars 2018

Isis 1,60m 13 ans 82 kilos de Sophie Rigal-Goulard



Éditeur : Rageot
Parution : 7 févier 2018 (réédition)
Pages : 160
Prix : 6€90

Dès 11 ans!

Synopsis :

Au collège, Isis est surnommée Big Mamma ou Big Isis. Elle a 3 kilos de trop. Jusqu'au jour où elle décide de tout changer...

Mon avis :

J'avais repéré ce livre au moment où la réédition a été annoncée. D'autant plus que j'ai pu voir l'avis de Steph dessus et il fallait absolument que je le découvre à mon tour. Merci donc à ma mère qui me l'a offert.

Dans ce très court roman, nous rencontrons Isis, une collégienne de 13 ans qui mesure 1,60 mètre pour 82 kilos. Autant vous dire que la vie n'est pas facile pour elle, elle subit les moqueries et les surnoms pitoyables de ses camarades. Comme si cela ne suffisait déjà pas pour qu'elle se sente mal dans sa peau, sa mère lui parle régime et la force à tous les essayer, les uns après les autres. Elle subit les commentaires sarcastiques de son "beau-père" qui ne vit que pour le sport et ne connais pas son père qui est parti avant sa naissance. 
Elle décide d'écrire des lettres à son père dans lesquelles elle se dévoilera petit à petit, en espérant qu'un jour il la rencontre et vienne la chercher.

Avant de vous en dire plus, il faut avoir que le genre épistolaire n'est pas vraiment ma tasse de thé, pourtant cette histoire me faisait trop envie et je suis passée outre cette façon de rédiger l'histoire.

Isis est une jeune fille mal dans sa peau. Elle ressent un vide énorme en elle qu'elle essaye de combler avec la nourriture. Ce qui lui fait prendre de plus en plus de poids. Lorsqu'elle voit les photos de sa mère plus jeune, elle rêve d'être grande et fine comme elle. Elle espère juste avoir une vie comme les autres : rire avec ses amis, se sentir jolie, avoir un petit-ami, ne plus attiser la moquerie de ses camarades, ne plus devoir confronter son image à celle de la déesse dont elle porte le prénom et trouver un sens à sa vie. 
Je dois dire que notre héroïne m'a tout simplement bouleversée. Sa détresse, le harcèlement scolaire qu'elle subit jour après jour, les commentaires de sa mère et son beau-père qui, au lieu de l'aider, l'enfonce régulièrement sans prendre conscience qu'ils agissent mal et la détruise de plus en plus, etc... C'est une jeune fille attachante, intelligente, gentille, drôle quand elle apprend à se lâcher et qui pourtant se cache, souhaite devenir invisible pour avoir la paix et n'ose plus rêver. Elle a une image très négative d'elle-même et n'arrive pas à passer au-dessus. Jusqu'au jour où elle rencontre un adulte qui lui fera prendre conscience de certains facteurs essentiels au bonheur et de conseils qui lui seront sans doute très utile.

J'adore le fait que nous, lecteurs, puissions découvrir la vie de Isis au travers de lettres adressés à son mère, c'est original et intime.

La mère de Isis est une ancienne Miss. Elle qui rêvait que sa fille lui ressemble paraît plutôt déçue du "résultat". Elle a une obsession à faire maigrir Isis en lui proposant tout un tas de régime plus invraisemblables les uns que les autres. Elle est perpétuellement sur son dos, à la reprendre, à la juger sur son poids au lieu d'essayer de se mettre à sa place et de tenter de comprendre qu'est-ce qui se cache derrière cette quantité de cochonneries avalées. Elles ont toutes les deux, peu de communication, elles ne se montrent pas l'affection qu'elles peuvent éventuellement avoir l'une pour l'autre, ne cherche pas à savoir si l'autre va bien ou mal, qu'est-ce qui peuvent les tracasser et ne passe aucun moment agréable ensemble. Elles sont froides, distantes et je trouve ce comportement triste pour tout le monde.
La mère m'a agacée fortement pendant ma lecture, j'avais envie de tirer la sonnette d'alarme et de lui faire prendre conscience de la réalité puisqu'elle semble partie se percher je ne sais où. J'aurais tellement aimé prendre sa place et montrer à Isis et sa mère comment sont censés se dérouler les choses. On a du mal à la comprendre et à suivre sa façon d'être au quotidien.

Heureusement, certains adultes sont là pour faire les choses correctement et ne pas laisser passer ce harcèlement scolaire honteux. Que ce soit les professeurs, le conseil de discipline ou encore certains élèves, ils réagissent et tentent non seulement de faire en sorte que tout ceci stoppe, mais une autre chose encore plus important, il essaye d'éduquer les enfants en leur expliquant ce que leurs propos peuvent faire aux personnes ciblées. Je sais que nous ne vivons pas dans une utopie et que dans certains établissements, tout ceci n'est pas pris au sérieux ou en tout cas, malgré le fait que tout le monde soit au courant, personne ne bouge le petit doigt. Mais j'ose espérer que la réaction des adultes responsables dans cette histoire ne sont pas qu'imaginaires. J'ose croire que certaines personnes comprennent réellement ce qui se passe au quotidien pour les victimes et qu'ils se serrent les coudes et montent au créneau pour faire cesser ceci. 
Le travail d'éducation des enfants est à prendre en charge par les parents et non pas le corps professoral. Lui est destiné à leur apprendre les matières étudiées et non pas à leur dire ce qui est bien et mal dans leur comportement, à leur apprendre la politesse ou encore le sociabilité. C'est un travail qui doit être accompli quotidiennement à la maison, dans les magasins et partout où les enfants se trouvent. L'éducation demande de la patience et des explications dès le plus jeune âge. Quand je vois comment se comporte certains enfants de nos jours, ainsi que certains parents, je comprend l'importance de rédiger de tels ouvrages et le besoin ressenti par leurs auteurs. Ce type d'ouvrages est à mettre entre les mains du plus grand nombre de lecteurs, de leur faire découvrir et prendre conscience qu'on peut faire certaines choses, mais qu'on est pas libre de faire tout ce qu'on a envie.
Désolée je m'éloigne un peu du sujet principal de l'histoire mais il fallait que ça sorte.

Sophie Rigal-Goulard nous transporte avec une plume juste, efficace tout en étant plaisante à lire.
Ce récit est criant de vérité et de réalisme. Je ne sais pas si elle s'est inspirée de faits réels qu'on peut voir à la télévision ou sur internet, si elle a connu quelqu'un qui en a été victime ou si la victime fut elle-même... mais ce qui est sûr, c'est que je lui dis bravo pour ce court roman qui remet les choses en perspective et tout un chacun à leur place. L'auteure est prolifique et écrit essentiellement pour la jeunesse. De ce que j'ai pu voir, elle ne se contente pas de raconter de jolies histoires pour les bambins, NON! Elle écrit pour expliquer certaines choses aux enfants, elle y parle de thématiques intéressantes, fortes, essentielles et d'actualités. C'est une auteure que je qualifierais d'engagée et je suis ravie de découvrir que certains auteurs osent dire tout haut ce qui ne va pas sans pour autant faire la morale ou dénigrer les personnes, mais seulement dans le but de les aider à prendre conscience, de les amener à réfléchir sur tel ou tel sujet pour aider les enfants à grandir de la meilleure façon possible.
C'est le second ouvrage de Sophie Rigal-Goulard que je découvre et je vous garantis que ce ne sera pas le dernier. J'ai en ligne de mire ses 3 ouvrages sur les réseaux sociaux, les écrans ou encore les jeux vidéos qui attirent et fascinent les plus jeunes comme les plus âgés. Donc ne soyez pas surpris de les découvrir prochainement sur le blog.

En résumé, une jolie plume et de l'originalité dans la façon de nous transposer l'histoire de Isis. Un réalisme et des vérités à en faire pâlir plus d'un(e). Des thématiques fortes et compliquées qui mettent en avant des sujets d'actualités et importants. Et beaucoup d'émotions jalonnent ces quelques 160 pages. J'ai même versé quelques litres de larmes salées au cours de ma lecture!



Extraits :

"Ensuite, fin de la journée pour... Fat Girl, la Grosse, Bibendum, Michelin, Bouboule, Gros tas, la Baleine ou Big isis.
Tu as une liste assez complète des jolis surnoms qu'on me donne depuis le début de l'année, papa.
Je préfère arrêter là ma deuxième lettre.
Je pense que tu as maintenant une idée de ce à quoi je ressemble."

"- Un de ces jours, tu ne rentreras plus dans aucun pantalon! a déclaré maman en voyant "82" s'affichait sur l'écran. On va commencer un régime Scarsdale. J'ai lu qu'il avait un bon taux de réussite.
- Comme les autres! j'ai lâché en repoussant rageusement la balance. Si les régimes marchaient, il n'y aurais plus de grosses, je te signale!
- Parce que ça te plaît tant que ça d'être obèse?"

"Comment t'expliquer que, pour moi, manger est un moment de plaisir intense et de souffrance? Lorsque je me sens seule, malheureusement, je me remplis. J'avale en même temps mes peurs, mes doutes, mes hontes et mes peines. Je les engloutis avec des tartines de Nutella, des muffins à la framboise, des sandwichs au beurre de cacahuète ou des pots de glace que j'attaque directement à la cuillère. Je suis pleine de vides, papa. Je n'ai trouvé que ce moyen pour les combler."










2 commentaires:

  1. merci pour cette chronique qui me touche, Valou !!

    Longue vie à votre blog littéraire!

    Sophie Rigal-Goulard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, merci pour votre commentaire. J'ai tellement aimé ce livre que j'en ai acheté deux autres de vous juste derrière.
      Merci pour le blog. Bonne soirée!

      Supprimer