lundi 7 mai 2018

Les chroniques de Pulpillac, tome 1 : Quand les poules avaient des dents...


Auteur : Jean-Luc Marcastel
Couverture : Mathieu Reynes et Valérie Vernay 
Illustrateur : Jean-Mathias Xavier
Éditeur : Lynks
Parution : 3 mai 2018
Pages : 232
Prix : 11€50
Genre : Jeunesse - Fantastique
Lu en : papier
Lecture : personnelle

À partir de 9 ans.

Synopsis :

Salut, moi c'est Aurélien. Je suis en sixième au collège de Pulpillac, une petite ville tranquille... enfin, en apparence. J'adore raconter des histoires. J'écris et je dessine sur des carnets, je les appelle : Les chroniques de Pulpillac
Avant j'étais seul, je devais m'imaginer mes aventures. Ça a changé. J'ai rencontré des copains : Jean-Martial, Atsuko, Samir et Aurore... et tous ensemble, il nous est arrivé une aventure terrifiante!
Je l'ai appelée... Quand les poules avaient des dents. Si vous voulez savoir pourquoi... lisez ce carnet.


Pourquoi ce livre a rejoint ma pal?

Parce que j'ai passé un très bon moment de lecture avec le premier tome d'une autre des sagas jeunesse de l'auteur et que j'avais très envie de découvrir celle-ci.

Les personnages :

Dans ce premier tome, on rencontre 5 adolescents tous très différents et qui n'ont rien en commun.

Aurélien est discret, pour ne pas dire assez effacé par rapport à ses camarades. Ce qu'il aime c'est écrire ses propres histoires et ainsi s'évader de sa vie assez solitaire. C'est même devenu un besoin vital au fur et à mesure du temps qui passe. Il est gentil, serviable et c'est un as dans bien des domaines.

Atsuko est une geekette de première au look gothique que tout le monde considère comme quelqu'un de bizarre sans prendre la peine de la connaître. Elle est gentille, ne mâche pas ses mots et n'aime pas cette stupide loi du plus fort. Elle ne redoute pas les autres élèves et ne laissera personne lui marcher dessus ou sur quelqu'un de plus faible. De plus, ses connaissances geek, à première vue inutiles, finira par leur servir.

Samir est un jeune élève vient de quartiers dit difficile, il souffre de dyslexie et d'hyperactivité. Il est assez mal vu par les enseignants et son quotidien est loin de ressembler à une belle vie. Je le trouve plutôt courageux, a de bonnes idées quand il ose les exprimer, débrouillard et attachant. Il apporte sa pièce à l'édifice quand on y s'y attend le moins et son personnage fut une belle surprise.

Aurore est surnommée Princesse par ses camarades. Elle vient d'une famille aisée, est belle, populaire et élèves comme enseignants tombent sous son charme dès qu'elle leur sourit. Je m'attendais à découvrir une vraie peste et finalement...

Jean-Martial est l'adolescent baraqué, grande gueule, qui prend un malin plaisir à faire peur aux autres élèves plus jeunes ou plus frêles. Il est têtu, parfois insolent, aime la répartie de certaines personnes, arrogant et on a parfois envie de lui remettre les idées en place. Mais que découvre t-on si on prend la peine de gratter la surface?

Dans ce premier tome, mes personnages chouchous sont Aurélien et Samir, sans doute car ils ont une certaine fragilité et une vie pas si simple pour de si jeunes personnes.


L'intrigue :

Ici, nos héros partent en camping avec le collège. Ce qui s'avère être loin d'une partie de plaisir pour certains risque fort de prendre une tournure horrifique pour tous. Alors que l'un des professeurs demande à nos cinq héros d'aller chercher du pain et des œufs au village pour le repas du soir, voila qu'ils vont faire des découvertes étranges et entendre des révélations peu rassurantes. Tout ça sans compter le fait qu'il n'y ait pas âme qui vive dans le village ou sur la route pour y accéder. Aucun animal, aucun habitant, juste les personnes tenant les deux commerces dans lesquels ils se rendent. Une sensation dérangeante et des bruits terrifiants leur tiendront compagnie pendant leur périple.

Jean-Luc Marcastel nous offre une fois de plus un premier tome original, quelque peu loufoque et complètement inattendu. Je n'ai pas lu le résumé des deux tomes parus avant de les acheter et je ne m'attendais pas à cela, je dois bien le reconnaître. Attention, ce n'est pas du tout en mal que je dis cela, au contraire, j'ai bien aimé cette histoire qui nous propose des créatures assez particulières diront nous 😄. De plus, il y a beaucoup d'expressions qui m'ont fait sourire ou m'ont rappelés celles de mes grands-parents, et j'en ai également découvertes des nouvelles. 

L'auteur :

Une fois de plus, l'auteur a réussi à me transporter dans son histoire très rapidement. La plume est fluide, j'ai adoré les expressions employées tout au long du récit, on nous explique certaines choses et croyez-moi, plus jamais je ne verrais les nuggets de la même manière, moi qui adore ça 😭.
Le seul petit bémol que je pourrais soulever est le langage parfois employé. Je m'explique, certains mots ou tournures de phrases peuvent à mon avis, paraître difficile à comprendre pour un enfant de 9 ans qui ne serait pas un grand lecteur. Il lui faudra sans doute des explications d'un adulte ou une définition du dictionnaire pour l'aider dans sa lecture. Pour les grands lecteurs, ça devrait passer assez facilement.
Si vous ne connaissez pas encore cet auteur, sérieusement foncez! Il est très productif et a un bon paquet d'univers différents à vous proposez donc, il y en aura bien un qui vous tentera dans le lot.
Une chose est sûre, je vais continuer à suivre ce qu'il fait de près et il se peut bien que je craque pour un autre premier tome, d'une autre saga, qui me fait envie depuis que je l'ai croisé sur les étals aux Imaginales l'an dernier.


Les illustrations et l'objet livre :

La couverture et l'objet livre sont juste canons. J'aime le fait que la couverture soit découpée et ne dévoile qu'une partie du dessin, visible dans sa globalité si on déplie le rabat. J'aime le fait que les chapitres aient des titres et qu'à la fin de chacun d'entre eux on est un petit dessin en bas de page que je trouve drôle et mignon. Les illustrations intérieures sont en noires et blancs, elles prennent une page entière et permet de mieux visualiser chacun d'un personnage et parfois même, leurs émotions. Je les ai apprécié également.
Et pour finir, à la fin de ce premier tome, j'ai découvert un dossier intéressant et plein de références qui donne envie de les découvrir pour la plupart d'entre eux.

En résumé :

Un premier tome surprenant, des créatures auxquelles on ne s'attend pas forcément, des personnages qui cachent tous une partie de leur personnalité, une jolie amitié naissante entre des gens très différents les uns des autres et sur tout, le fait que les adultes préfèrent taire certaines choses et s'en moquer plutôt que de reconnaître ce qui leur échappent. Une petite ville, un petit village isolé et désert et une forêt qui entraîneront nos héros dans une aventure dangereuse et plein de bizarreries en tout genre. Un livre que je recommande aux plus jeunes comme aux moins jeunes.

Note : 

Extraits :

"Il en avait plein les pattes. Pour tout dire, il se serait bien allongé sous un arbre pour sortir son carnet et son stylo et continuer l'histoire qu'il était en train d'écrire...
Car oui, Aurélien écrivait des histoires, des histoires le plus souvent fantastique où il se mettait en scène avec des amis imaginaires et affrontait des créatures et des robots monstrueux venus des quatre coins de l'univers et du temps...
Il avait commencé à écrire quand ses parents s'étaient séparés, et que nombre de ses copains s'étaient détournés de lui comme s'il était un chien galeux, lui, le meilleur de la classe en français, qui faisait souvent ses rédactions et celles de ses voisins pour leur rendre service..."

"Il se retourna vers le village, pour constater que la nuit, comme une marée suintant de la terre, avait déjà envahi le fond de la vallée. Seul le sommet du clocher émergeait de l'ombre qui montait. La rivière, les maisons et les champs, eux, avaient été engloutis...
Bientôt, quand les derniers rayons de lumière qui caressaient les montagnes auraient disparu, elle les engloutirait eux aussi, et à ce moment-là...
"C'est la nuit qu'ils viennent...""

"Il ne renonçait pas pour autant, tournant autour d'eux, en petits sauts brusques et saccadés, faisant parfois mine ne frapper, de ses griffes ou de ses crocs, avant de se rétracter, alors que les flammes, maniées par des bras nerveux, crépitaient juste devant lui...
Un opiniâtre plus affamé que craintif, qui avait décidé de faire d'eux sa friandise du jour."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire