mardi 16 juillet 2019

Anne et Jack, tome 1 : Fantômes et tentacules



 Autrice :  Camille Salomon -   Éditeur :  Nats éditions -   Parution :  1er juillet 2019 -   Pages :  156 -   Prix papier :  14€ -   Prix numérique :  4€99 -   Lecture :  SP -   Lu en :  numérique -   Genre :   Fantastique - jeunesse -   Nombre de tomes prévus :  3




Résumé :

Charleston, 1700.
A treize ans, Anne Cormac est l’héritière de la plantation de coton Cormac, dirigée d’une main de fer par son père, William. Malgré la promesse d’un avenir confortable, Anne ne rêve pourtant que d’aventures et de liberté. Son destin bascule par une chaude journée d’été, lors d’un ultime acte de rébellion. En fuite, ses pas la guident sur un navire de pirate, le Muerta, Anne devient alors Adam, membre d’un équipage cruel et sanguinaire, à la recherche du célèbre trésor de Barbe-Noire. Parmi eux, Jack, un jeune garçon au passé mystérieux, se désigne pour lui apprendre les codes de la piraterie.
Mais au cœur des mers brumeuses rôde le danger… Des fantômes aux créatures légendaires, le destin d’Anne et Jack s’écrit dans les Caraïbes…

Mon avis :

Lorsque j’ai vu que ce titre nous était proposé, j’étais ravie. Je me suis dit que l’univers de la piraterie étant assez peu exploité, ce serait frais et divertissant. Sans compter qu’on nous promet fantômes et créatures légendaires.

L’autrice nous pose un contexte peu employé en littérature jeunesse : Charleston, en 1700. Des plantations dirigées par des hommes qui n’hésitent pas à réduire en esclavagisme les noirs, qu’ils considèrent bien inférieurs à eux, qui bien évidemment sont blancs. C’est donc dans ce décor, que nous allons découvrir l’histoire de Anne, puis celle de Jack.

Anne est une jeune fille rebelle, qui ne rêve nullement de se marier pour passer de la coupe de son père à celle d’un mari, elle refuse l’idée d’être soumise toute sa vie et rêve d’aventure et de liberté. Elle est déterminée, maligne, parfois hargneuse et ne reculera devant rien pour faire de son rêve une réalité. Elle se montre également gentille, délicate, prête à faire ce qu’il faut pour sauver ses alliés et intrépide. Elle traîne sur le port avec des jeunes hommes peu fréquentables et s’attire les foudres de son père qui n’hésite pas un seul instant à la punir. Son passé familial est également loin d’être enviable…
Pour obtenir ce qu’elle désire, elle n’hésitera pas à menacer, blesser, mentir, se faire passer pour un garçon, poser des questions à tout va, et s’entourer de gens cruels. Je peux comprendre que la vie promise par le statut de son père ne lui fasse pas envie. Elle réagit comme beaucoup d’adolescentes de 16/17 ans dans différents univers de SFFF.
Seulement voilà mon plus gros problème la concernant, elle n’a que 13 ans. Elle quitte la plantation car elle ne veut pas se marier, ni continuer à regarder son père réduite les gens en esclave. Malheureusement, son âge me pose un réel problème. Elle dit qu’elle n’aime pas l’esclavagisme, mais on ne sait rien de ce qu’elle a pu voir ou entendre, et son comportement ne correspond pas à celui d’une fillette de 13 ans. Je doute qu’à cette époque, les enfants avaient le droit de sortir jouer sur le port sans surveillance, qu’on ne supervisait pas leurs fréquentations et qu’ils pouvaient se permettre de manquer de respect à ses parents, comme il lui arrive régulièrement de le faire. Je ne comprends pas bien comment à 13 ans on peut se dire qu’une vie n’est pas faite pour nous, mais que celle-ci serait tellement mieux. Comment à cet âge, on peut rêver de devenir pirate, sachant qu’on sera amené tôt ou tard à tuer des gens, à voguer en compagnie d’hommes souvent saouls et cruels sans se dire qu’à tout moment, ils pourront démasquer sa féminité naissante et le lui faire payer. Vivre une vie d’aventures certes, mais aussi d’incertitude et de réels dangers. Le résumé nous donne son âge certes, mais à aucun moment on ne soupçonne à sa lecture, du comportement adopté par Anne dans ce premier tome. Pour moi, il y a un souci de crédibilité. De plus, par moment, notre héroïne m’a profondément agacé et sa décision à la fin m’a mise en rogne.

Jack, quant à lui est employé sur la Muerta depuis un petit moment déjà et aide en cuisine. Il travaille en compagnie de Monsieur White, un homme bon et gentil derrière son côté un peu rustre et baraqué, sans doute le seul adulte de ce sloop à être ainsi. Jack est bien plus calme et discret que Anne. Dès le début, il soupçonne Adam d’être une fille, mais garde cette information pour lui. Je l’ai trouvé gentil, attachant, on sait qu’il cache lui-même un secret, et j’ai trouvé que c’était plutôt amené et intéressant. J’ai beaucoup plus apprécié Jack que Anne, la seule petite chose que je pourrais lui reprocher c’est peut-être d’être un peu trop naïf et de risquer de se faire avoir, mais en même temps, vu son âge cela est cohérent.

L’univers de la piraterie est plutôt original, on apprend un certain nombre de choses sur le code de la piraterie, ses us et coutumes, ce qui se révèle être intéressant. La plume de l’autrice est simple et compréhensible sans pour autant qu’elle ne soit enfantine comme cela aurait pu être le cas, donc c’est quelque chose que j’ai apprécié. Il y a de très bonnes idées dans ce premier tome, concernant l’univers, le contexte, les différentes intrigues qui sont dans l’ensemble plutôt bien trouvées. Néanmoins, à partir du moment où l’on choisit de mettre en avant le fait que l’esclavagisme est de rigueur à cette époque, je m’attendais à ce que ce soit un peu plus présent au moment où nous sommes avec Anne dans la plantation/demeure familiale. Pour le coup, le dernier gros passage du roman est original, ça on ne peut rien dire dessus, mais je suis en déçue et en colère face à la tournure des choses. Encore une fois, je trouve que Anne réagit de manière très bizarre et je ne comprends pas ses choix.

En conclusion, une lecture mitigée car s’il y a certaines incohérences pour moi et que Anne m’a énervé au possible, il y a également de bons éléments dans ce premier tome. A l’heure où j’écris ces mots, je ne sais pas si oui ou non, je me laisserais tenter par la suite de la série. L’avenir nous le dira

Extraits :
 « Le bateau du capitaine glissait sur les flots à bonne allure. C’était un brigantin à deux mâts, fier et léger, que le vent portait gracieusement.
Sur le pont régnait la bonne humeur qui suit une bonne prise. En effet, un peu plus tôt, l’équipage avait glorieusement pillé un navire marchand anglais. Ils avaient ramené le butin à bord de leur embarcation : des barils de rhum, de poudre et des balles de sucre. Tous s’en donnaient à cœur joie maintenant. Ils ne s’étaient pas souciés de l’équipage ennemi qu’ils avaient balancé par-dessus bord, un festin pour les requins ! »


6 commentaires:

  1. Bonjour Valou,
    Merci beaucoup d'avoir pris le temps de lire et chroniquer mon roman :)
    Je tenais par ce petit message à rebondir sur certaines choses : Anne :D
    Je me doutais que cette impression de décalage interviendrait alors je m'explique. Selon toutes les archives lues concernant l'enfance de Anne Bonny, je ne suis pas très éloignée de la vérité. On attribue à Anne d'avoir poignardé sa domestique à 13ans. Anne aurait été élevée comme un garçon par son père tyrannique qui ne voulait pas s'encombrer d'une fille, donc le côté garçon manqué n'est pas exagéré, ses escapades sur les docks non plus :) Je comrpends que cela puisse surprendre mais dans les années 1700, les enfants étaient souvent livrés à eux-mêmes, même dans les riches familles. Par ailleurs, pour ce qui est de l'esclavagisme, c'est un thème que j'aborde dans le tome 2 :)
    Au plaisir de te lire,
    Camille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Camille, j'ignorais totalement que la Anne de votre roman avait réellement existé puisque aucune mention n'en ai faite. Du coup, je viens d'aller voir. Je n'arrive pas à concevoir qu'on puisse agir ainsi. Soit, il semblerait que ce soit bien comme ça que les choses se passaient. Maintenant ça ne change pas tout pour autant concernant mon ressenti envers elle. Je la trouve toujours énervante et ne comprend pas qu'elle puisse agir comme elle le fait à la fin. En tout cas merci, pour les éclaircissements sur son passé et l'information sur l'esclavagisme.
      Bonne journée!

      Supprimer
  2. À 12ans je traversais la France de la Bretagne à Greou les Bains seule dans le train. J’hab Dans un port breton et j’er Libre comme l’ai Toute la journée avec les dangers que vous imaginez. Chaque histoire familiale est différente. Et chaque famille son curseur de risque. ..j’ai maintenant 56 ans ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, d'accord je comprend que vous avez également pu circuler librement étant jeune. Après le contexte n'était pas non plus le même dans votre enfance en Bretagne qu'à Charleston en 1700. En tout cas, pas à ma connaissance. Chaque histoire est différente en effet, mais ça ne change pas mon ressenti sur l'héroïne pour autant. Bonne journée!

      Supprimer
  3. Ce n'était aucunement un reproche, on a heureusement le droit de ne pas apprécier un personnage. Il y a en fin de roman le lien vers le site www.anneetjack.camillesalomon.fr
    N'hésite pas à aller jeter un œil ��
    A bientôt je l'espère ❤️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, merci j'y suis allée. Ne connaissant pas du tout cette histoire, j'ai pu en découvrir plus sur les personnages. Bonne soirée!

      Supprimer