vendredi 27 novembre 2015

Victoria Rêve de Timothée de Fombelle




Éditeur : Gallimard Jeunesse
Parution : Octobre 2012
Pages : 105
Prix : 13€50

Synopsis:

Victoria voulait une vie d'aventures, une vie folle, une vie plus grande qu'elle. Et l'on disait tout autour d'elle : " Victoria rêve ". Mais depuis quelques temps, un monde imaginaire débarquait dans son existence. Elle avait l'impression qu'une foule de personnages descendaient de sa bibliothèque en rappel pour venir semer la pagaille. Victoria voulait savoir ce qui lui arrivait. Y avait-il un lien avec les livres qui disparaissaient de sa chambre?

Mon avis:

Entre Vango et Le livre de perle, j'ai énormément entendu parler de cet auteur. Je voulais donc avoir un aperçu de son style et savoir pourquoi tout le monde l'aime à ce point. En voyant Victoria rêve à la médiathèque, je n'ai pas hésité un seul instant pour découvrir l'auteur.

Dans ce très court roman, nous allons suivre Victoria, une collégienne. Elle vit avec ses parents et sa sœur aînée. C'est une jeune fille qui s'ennuie fermement dans la vie et qui ne rêve que d'une chose : vivre des aventures toutes plus folles les unes que les autres. De jour en jour, une partie de ses livres disparaissent et des choses bizarres lui arrivent. Pour l'aider à découvrir ce qui se trame, elle sera aider de Jo, un camarade d'école avec qui elle se liera d'amitié.

Victoria est une douce rêveuse. Jusqu'à sa rencontre avec Jo, la jeune fille n'avait aucun ami si ce n'est tous les livres qu'elle lit. A un certain moment, je me suis retrouvée en elle. Celle qui préférait passer des journées entières à lire, celle qui se retrouvait souvent seule après le déménagement de sa meilleure amie.
Comme beaucoup de jeunes filles de son âge, notre héroïne ne s'entend guère avec sa sœur de 17 ans. Elles n'ont pas le même âge, pas les mêmes idées, pas les mêmes centres d'intérêt et encore moins les mêmes occupations.
J'ai trouvé que le personnage principal manquait de profondeur et d'intérêt.
Jo a un an de moins que Victoria. C'est un jeune garçon intelligent qui a sauté plusieurs classes. Il se liera d'amitié avec elle et l'aidera dans sa quête plein de mystères. C'est un garçon gentil, prêt à rendre service mais trop peu développé ) mon goût, pour le coup on ne sait que très peu de choses sur lui.
Léa est la collégienne stéréotypée à souhait. Son personnage est digne des séries B américaine. C'est une peste, elle est hautaine, mauvaise et se sert des gens de son entourage. Je déteste ce genre de personnages que ce soit dans les romans ou dans les séries/films. D'autant plus qu'ici, on ne sait pas du tout ce qui a pousser cette jeune fille a devenir ainsi.

Le style de l'auteur est simple et fluide. Avec ce roman, je n'ai pas retrouvé la plume enchanteresse et poétique dont on me vante autant les mérites. C'est le genre de roman avec lequel on passe un moment mais sans plus, le genre de livre qu'on oublie vite. Par contre, j'ai aimé le message de fin délivré par Timothée de Fombelle.

Même si ma lecture n'est pas un franc succès et que j'en ressors quelque peu déçue et non convaincue, je tenterais volontiers un autre roman de l'auteur mais pas dans l'immédiat. Je ne juge jamais la capacité d'un auteur à me captiver et me convaincre sur un seul roman. Donc ce sera sans a priori que je retenterai l'expérience. Peut-être que le roman était vraiment trop jeunesse et pas assez développé pour me séduire. Les autres romans de l'auteur ne s'adresse pas exactement à la même catégorie jeunesse, ils sont plus gros donc peut-être plus intéressant pour moi.

En résumé, un roman très court, sympa, qui se lit très facilement mais dont je ne ressors pas convaincue du tout. Je vous recommande néanmoins de vous faire votre propre avis.





Extraits:

" Victoria connaissait la moindre ruelle de Venise, grâce à un gros guide de la bibliothèque. Sans jamais y avoir mis les pieds, elle était vénitienne, elle était marquise, elle aimait un seigneur qui habitait le quartier de Santa-Margherita. Victoria avait choisi un palais sur le plan. "

" On disait que, l'année précédente, une fille de cinquième, Lola, avait dû changer de ville simplement parce qu'elle s'était trompée de trousse pour y déposer un petit mot d'amour à l'attention d'un garçon. Le mot avait atterri dans les affaires de Léa Garcia. La vie de Lola s'était retrouvée en morceaux. "

" Ils marchaient tous les deux sur la route. Il neigeait. Elle portait son manteau écarlate, et lui son écharpe noire. Un camion les avait d'abord pris en stop. Le chauffeur avait demandé ce qu'ils faisaient là. Victoria avait expliqué qu'ils n'avaient pas de cours ce vendredi, qu'elle était avec son petit frère, que leur grand-mère était malade et qu'ils lui apportaient du miel et un petit pot de beurre pour soigner son angine. "



1 commentaire:

  1. Arf, dommage...J'adorais la couverture et il avait l'air sympa, mais je préfère écouter ton avis !

    RépondreSupprimer