dimanche 10 janvier 2016

Le silence dans la nuit d' Erin E. Keller





Éditeur : Juno Publishing France
Parution : Décembre 2015
Pages : 30 ( sur ma liseuse )
Prix : 0.99€

Synopsis :

Pete :
Sais-tu ce qui me frappe le plus? C'est que, dans toute cette agitation de gens qui parcourent les rues comme des fourmis folles avec leur charge de cadeaux et paquets, dans cette cacophonie de sons, de chansons, et de rire de faux père Noël, il reste planté là, une présence constante et silencieuse, comme un trou noir qui avale le bruit et le chaos, et les régurgite sous la forme de calme.

Lucas:
Que penserais-tu de quelqu'un qui dort dans une ruelle, derrière une benne à ordures, mendiant pour pouvoir au moins réunir assez d'argent afin de se payer une chambre d'hôtel pour quelques jours, et qui dans l'intervalle, passe toute la journée assis sur le trottoir dans l'espoir de voir le père Noël?

Mon avis :

Merci à Juno Publishing France pour l'envoi de cette nouvelle.

Dans celle-ci, nous rencontrons Pete, un jeune homme qui se gèle le cul déguisé en Père Noël tout en arpentant le trottoir devant les grands magasins pour les fêtes de fin d'année. Pete est célibataire, il est cash dans sa façon de parler, il ne tourne pas autour du pot et il est grognon. Il n'aime pas se déguiser, il en a marre d'être toute la journée dehors à se faire tirer la barbe par les enfants. Ce métier est un calvaire mais il en a besoin alors il reste. Tous les jours, il voit le même homme qu'il suppose jeune, assis un peu plus loin sur le même trottoir que lui. Il cache son visage probablement parce qu'il a honte. Pete se demande bien qu'est ce qu'il fout là à mendier plutôt que de se bouger les fesses pour trouver un travail aussi merdique soit-il. A force de le voir là, toute la journée, assis par terre, Pete finira par être intrigué et cherchera à en savoir plus.
Lucas est un jeune homme à la rue depuis peu. Pour survivre, il a dû s'enfuir et le voila ici, à mendier pour manger et dormir. Sa particularité : Lucas est sourd, sa seule façon de comprendre ce que les gens lui disent est de lire sur les lèvres. Seulement, il se cache, ne veut pas relever la tête quand quelqu'un s'approche de lui. Il se renferme donc entièrement sur lui et ne communique pas. Il aimerait beaucoup entendre le son de cette fameuse cloche que fait tinter ce faux père Noël. Il aimerait réunir assez d'argent afin de se payer quelques nuits d'hôtels bien au chaud.
Deux hommes que tout oppose et pourtant...

Pete ronchonne beaucoup et malgré ses airs " je m'en foutiste ", il se soucie de ce jeune homme. Son langage est digne d'un charretier parfois et il essaye de se convaincre que le sort et le bien être des autres lui est bien égal mais la réalité est tout autre. Dans le fond, c'est quelqu'un de bien et j'ai fini par l'apprécier même si sur les premières pages il m'agaçait.
Lucas est un jeune homme seul, perdu et désespéré. Il n'a pas eu le choix que de se retrouver là, sur ce trottoir. Il veut trouver un emploi et n'est pas très regardant comme au domaine seulement, personne ne veut d'un sourd... Néanmoins, il se bat et refuse d'abandonner. Son personnage m'a ému, touché et bouleversé. Son histoire peut tout à fait être crédible. J'ai eu mal pour lui, révolté pour lui et heureuse à certains moments pour lui. J’espérais qu'il ait un futur plus agréable et heureux que son présent.
Le style de l'auteure est fluide et surprenant. Les personnages ont une façon particulière de s'adresser aux lecteurs et j'ai apprécié cette différence. J'ai aimé découvrir leur histoire à travers leur propre regard et découvrir les pensées de chacun sur l'autre grâce à l'alternance de points de vue.
Erin E.Keller nous propose une nouvelle pleine de différences, d'espoir et d'amour. En ces périodes de froid et de fêtes de fin d'année, quoi de mieux que de découvrir une histoire comme celle-ci. 
Quoi de mieux que de redonner une dimension plus humaine que commercial en ces temps. J'aurais simplement aimé qu'il s'agisse d'un roman même court plutôt que d'une nouvelle. Mon problème avec les nouvelles est que je n'en ai jamais assez à mon goût. J'aurais aimé continuer à faire un bout de chemin en compagnie de Pete et surtout de Lucas.





Extraits :

" Et comme si cela ne suffisait pas, je me gèle les fesses ici, debout sur le trottoir. J'ai de la chance d'avoir du rembourrage. Ce qui n'est pas bon pour mon amour propre, parce que ma taille ressemble à une bouée, mais ça me tient au chaud. Cet hiver à New York semble encore plus frais que d'habitude. La neige est déjà là et mon nez est rouge , et pas à cause du maquillage. "

" Et en parlant de livres, avez-vous déjà vu un clochard avec un livre? D'accord, un homme sans domicile fixe. Je sais que je ne suis pas politiquement correct, mais bon sang, nous devons appeler les choses par leurs noms. Bien sur, je suis conscient que nous parlons d'une personne et non d'une chose, alors arrêtez de froncer le nez. C'était juste une façon de parler, bordel de merde. "

" Les livres ont toujours eu le pouvoir de créer des sons dans ma tête, des sons que je n'ai jamais entendus dans la vie réelle. Lire, pour moi, c'est comme rendre visite au monde normal, plutôt qu'un fantastique. "


2 commentaires:

  1. En grande fan de nouvelle, je note absolument ! Merci beaucoup pour la découverte ma belle :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je suis contente, j'arrive de plus en plus à te tenter lol

      Supprimer