jeudi 18 février 2016

La passe-miroir tome 1 : Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos




Éditeur : Gallimard - Jeunesse
Parution : 6 juin 2013
Pages : 528
Prix : 18€

Synopsis :

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.

Mon avis :

Dès sa sortie, ce roman a énormément fait parler de lui. Des chroniques élogieuses et de très nombreux coups de cœur continuent d'apparaître sur la blogosphère. J'ai acheté ce roman début 2015, mais l'effet de masse a fait qu'il a traîné dans ma PAL depuis. Ma copinaute de LC : La lecture de Steph m'a proposé d'enchaîner les deux tomes en début d'année 2016 et je me suis dit pourquoi pas.

Dans ce premier tome, nous allons suivre les mésaventures d'Ophélie. Ses caractéristiques particulières : c'est une Liseuse et une Passe-miroir. C'est une jeune femme au look banal, elle n'a que faire des préoccupations féminines. Ophélie possède un musée sur Anima, où elle détient des objets de l'ancien monde et les exposent. Son musée est la chose la plus importante à ses yeux. Alors que toutes les jeunes femmes de son âge sont déjà mariées et souvent mère, voila qu'elle rejette tous les époux potentiels qu'on lui propose. Artémis, l'esprit de famille qui règne sur Anima, décide de sceller les destins d'Ophélie et de Thorn en les unissant par les liens du mariage. Si la jeune femme refuse, elle se verra bannie de l'arche et déshonorera toute sa famille.

Pourquoi l'esprit de famille impose t-elle ce choix? Qui est ce Thorn? Pourquoi lui choisir un mari en provenance d'une autre arche? Quelles conséquences découleront de cette union pour chacun des partis? Pour Anima ou Artémis? Que lui réserve le Pôle? Que sera sa vie une fois là-bas loin des siens? Quelles sont les us et coutumes au Pôle?
Ceci n'est que le début de nos interrogations durant cette lecture...

Ophélie est brune aux cheveux bouclés, elle porte des lunettes et ne fait absolument aucun effort vestimentaire pour autre pour se mettre en valeur et séduire la gente masculine. Elle vit au rythme de sa passion pour son musée et des reliques de l'ancien monde. Le monde tel que l'on connaît n'existe plus, il a volé en éclats. Les Arches viennent de ces éclats de l'ancien monde.
Sur Anima, une seule et même famille vit. La jeune femme possède deux dons. Le premier consiste à passer d'un miroir à l'autre pour se déplacer. Néanmoins, elle ne peut franchir qu'une certaine distance. Etant plus jeune, Ophélie s'est retrouvée coincer entre deux miroirs. Depuis, c'est une vraie miss catastrophe. Son second don et celui qui prend le plus d'ampleur est d'être une liseuse. En touchant un objet à main nues, elle peut remonter le temps et déceler le passé de l'objet et les émotions de ses différents propriètaires.
Le jour où lui annonce son mariage imminent, toute son existence se brise en mille morceaux, ce coup-ci elle ne pourra plus fuir. Elle n'a pas la moindre idée du monde d'illusions et de complots dans lequel elle va être entraîner.
J'ai bien aimé ce personnage malgré sa naïveté excessive parfois. Son côté miss catastrophe m'a fait me sentir proche d'elle. Elle a su me toucher et me faire vivre ses péripéties au fur et à mesure avec elle. Son côté je ne dois faire confiance à personne je le sais mais je tombe quand même dans le panneau m'a quelquefois bien ennuyé. J'espère sincèrement que dans la suite elle sera plus sure d'elle et imposera ses choix.  

Thorn, l'héritier du clan des Dragons est un homme froid, distant, mystérieux, impoli, brut de décoffrage , intriguant mais aussi effrayant. La seule chose qui occupe ses pensées est son travail, la seule personne dont il se soucie vraiment est sa tante. Il contraint Ophélie à quitter bien plus tôt que prévu Anima, et l'abandonne dès leur arrivée au Pôle. Il n'a pas beaucoup d'égard pour elle et cela ne lui pose aucun souci.
J'ai eu beaucoup de mal à cerner ce personnage, dès qu'on se fait une opinion sur lui, Christelle Dabos envoie valser tout ce qu'on pensait enfin avoir compris à son sujet. Thorn m'a intrigué, énervé et je l'aurais volontiers secouer à plusieurs reprises. C'est un personnage auquel on s'attache différemment et surtout pas facilement. Il faut bien avancer dans sa lecture pour commencer à entrevoir qui il est vraiment.

En suivant les mésaventures d'Ophélie, nous rencontrerons toute une pléiade de personnages comme par exemple Roseline, la tante de Thorn, Archibald, le baron Melchior, le Chevalier, etc...
Chaque personnage se donne un genre et c'est un véritable casse-tête que d'essayer de découvrir leur véritable nature. Chacun apporte son lot d'interrogations. Que cherchent-ils? Sont-ils dignes de confiance ou faut-il les fuir?
A vous de le découvrir!

Le style de l'auteure est addictif et j'ai apprécier sa plume. Cependant, le choix de vocabulaire qu'elle emploi à certains moment m'a quelque peu dérangé. On passe d'un style d'écriture assez simple et fluide à un langage plus travaillé, soutenu qui freine notre lecture. A plusieurs reprises, j'ai du sortir le dictionnaire car je ne connaissais pas les mots. Le comble c'est que j'ai suivi un cursus scolaire littéraire et cela m'a parfois fortement déboussolé. L'auteure nous livre de très belles descriptions des lieux, seulement ma capacité à me les représenter m'a fait défaut. A la fin de ce premier tome, je n'arrive toujours à visualiser Anima, la Citacielle ou le Pôle de manière générale et ce à mon plus grand regret.
J'aime beaucoup ce concept d'ancien monde disparu et que Christelle Dabos nous présente ici même. L'auteure ne manque clairement pas d'imagination et je me demande bien où elle a pu pêcher des idées pareilles.
Elle nous délivre les informations et révélations petit à petit, au fur et à mesure des pages, juste assez pour nous tenir en haleine du premier au dernier mot. Elle nous intrigue et remet continuellement en questions toutes nos certitudes. On finit par ne plus savoir sur quel pied danser, c'est déroutant et au bout d'un moment, cela a fini par me gêner dans ma lecture.
Avec son premier roman, l'auteure nous fait voyager là où personne ne nous à jamais emmener, c'est inédit, original et bien mené. Nous avons directement enchaîné avec la lecture du second tome dont vous retrouverez très vite la chronique.

En résumé, un bon premier tome qui se révèle addictif et dont la plume est particulière. Une mythologie rondement menée, des personnages tous plus énigmatiques les uns que les autres, des illusions à la pelle, des complots, des pouvoirs à n'en plus finir... Un tome qui nous tient en haleine du début à la fin malgré un vocabulaire pas toujours simple à comprendre, une héroïne parfois trop naïve et trop de changements d'opinions sur un seul et même personnage pour le lecteur. Vous l'aurez donc compris, ce fut une lecture mitigée pour ma part. De très bons points et en même temps, d'autres qui me rendent perplexe. Je vous le recommande afin de vous faire votre propre opinion et aussi parce que même si je n'en ressors pas totalement satisfaite, l'univers vaut vraiment le détour.





Extraits :

"L'archiviste n'était pas un homme très sociable, mais chaque fois que ces yeux se posaient sur Ophélie, tels qu'ils le faisaient à cet instant, ils se mettaient à pétiller comme du cidre. Il avait toujours eu un faible pour cette petite-nièce, sans doute parce que, de toute la famille, elle était celle qui lui ressemblait le plus. Aussi désuète, aussi solitaire et aussi réservée que lui."

"Résignée? Pour être résignée, il faut accepter une situation, et pour accepter une situation, il faut comprendre le pourquoi du comment. Ophélie, elle, ne comprenait rien à rien. Quelques heures auparavant, elle ne se savait pas encore fiancée. Elle avait l'impression d'aller au-devant d'un précipice, de ne plus s'appartenir du tout. Quand elle risquait une pensée vers l'avenir, c'était l'inconnu à perte de vue. Abasourdie, incrédule, prise de vertiges, ça oui, elle l'était, comme un patient à qui l'on vient de diagnostiquer une maladie incurable. Mais elle n'était pas résignée."

"Ophélie sourcilla derrière ses lunettes. Elle, en revanche, ne comprenait pas. A quoi rimait donc ce comportement? Thorn se montrait tellement grossier qu'il la faisait passer pour un modèle de bonnes manières. Il frappa du poing le petit rectangle de verre, derrière lui, qui séparait le conducteur de son équipage. Le véhicule freina net."

"Ophélie ne fut pas bien certaine de comprendre, mais elle supposa qu'elle devait se contenter de cette explication pour l'instant. Elle trouvait déjà surréaliste que Thorn se fût donné la peine de lui répondre. Elle avait l'impression, peut-être trompeuse, qu'il ne lui était plus aussi hostile qu'auparavant. Ça ne le rendait pas forcément aimable, il se montrait toujours aussi renfrogné, mais l'atmosphère était moins crispée. Était-ce à cause de leur dernière conversation? Thorn avait-il pris en considération ce qu'elle lui avait dit?"





2 commentaires:

  1. Je ne sais pas quoi penser de ce roman, il m'intrigue énormément, mais j'hésite vraiment à le lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Choupette, c'est vrau que c'est un pavé mais bizarrement il se lit très vite. Après à toi de voir si c'est quelque chose qui pourrait te convenir ou non.
      Bonne soirée!!!

      Supprimer