jeudi 9 février 2017

Rachel et Rosa de Ismaël Saidi



Éditeur : Editions Jourdan 
Parution : 20 octobre 2016
Pages : 140
Prix : 15€90

Synopsis :

Entre les brumes de Central Park et la douleur du Voyage sans retour, entre New York et l'île de Gorée, Rachel, la juive, et Rosa, la musulmane, n'étaient pas faites pour se rencontrer.

Il fallait la plume tendre et l’œil malicieux d'Ismaël Saidi pour rendre ce chemin de vie possible.

Parce que, plus que tout, les promesses, même les plus folles, sont faites pour être tenues au-delà de nous-même.

Merci aux éditions Jourdan et à la Masse critique Babelio pour cet envoi!

Mon avis :

Ce roman m'intriguait autant qu'il me faisait peur et ce, depuis sa sortie. J'avais envie de le découvrir, mais peur que le côté "religion" prenne trop de place. Aujourd'hui, je peux vous dire que je suis heureuse de l'avoir reçu et lu.

Dans ce court roman, nous faisons la rencontre de Rachel, une juive, qui du jour au lendemain se retrouve dans un "centre médical" et doit partager ses espaces de vie. Elle devra entre autres choses, partager sa chambre avec Rosa, une musulmane. Les deux femmes ont la soixantaine et un tempérament volcanique. La cohabitation entre les deux promet d'être difficile et bruyante. C'est tout simplement LA rencontre entre deux femmes que tout oppose en apparence et qui devront apprendre à vivre ensemble, se supporter et se respecter.

Rachel a la soixantaine, elle est divorcée et à une fille du nom de Catherine. Elle est juive mais pas pratiquante. Suite à un début d'Alzheimer, sa fille préfère la faire loger à la résidence Rainbow afin qu'elle soit surveillé plus régulièrement et surtout la nuit. C'est là qu'elle fera la rencontre inattendue de Rosa. Rachel est une femme bornée, capricieuse, qui n'a pas froid aux yeux, quiconque voudra lui dicter sa conduite le regrettera amèrement, mais surtout, elle possède un franc-parler à en faire pâlir plus d'un.

Rosa a également la soixantaine, elle est veuve et sans enfant. Suite à une maladie, elle se retrouve à la résidence Rainbow puisqu'elle n'a plus personne pour veiller sur elle. Elle est gentille, agréable, courtoise, pratiquante, mais elle ne se laissera pas faire pour autant. Si il faut hausser le ton, elle le fera.

Nos deux héroïnes sont crédibles, attachantes, touchantes et leurs joutes verbales m'ont très souvent fait rire. Je me suis dit qu'on leur ressemblerait sans doute au même âge avec ma meilleure amie. Ce qui, petite parenthèse, lui a donné terriblement envie de découvrir ce roman.

La plume de Ismaël Saidi est fluide, plaisante et bourrée d'humour. L'auteur aborde des sujets assez difficiles sans pour autant nous plonger au cœur d'un drama. Il a fait le choix de nous narrer son histoire sur un ton léger et souvent drôle, ce que j'ai grandement apprécié. L'histoire est assez surprenante du fait du choc des cultures, de la maladie, de la quête de chacune de nos protagonistes et de leur franc-parler. Je dois bien reconnaître que vu l'âge des personnages, je ne m'attendais pas à une telle répartie de leur part.
Les nombreux dialogues créent une réelle dynamique dans ce récit et on enchaîne les pages sans s'en rendre compte. Je lisais et d'un coup, je me suis retrouvée à la fin sans avoir vu le temps passé. Ce roman est addictif et j'ai pris un immense plaisir à le découvrir. L'auteure nous prouve que malgré de nombreuses différences, on peut se parler, se respecter, s'aider, se soutenir et même devenir amis.
C'est une très belle histoire qui a su me faire vivre beaucoup d'émotions en un nombre de pages pourtant assez restreint. J'ai même versé quelques larmes en approchant de la fin. Pour moi, ce roman est une belle leçon de vie! Si je reste évasive sur mon avis c'est tout simplement car, le livre est court et mérite d'être découvert sans trop en savoir.
Concernant la maison d'édition, je vais la suivre encore plus activement que l'an passé.
Je recommande chaudement ce roman à tous les amoureux de belles histoires qui nous font réfléchir et voir les choses d'un autre œil.

En résumé, une magnifique histoire d'amitié qui va bien au-delà des cultures ou des religions. Des personnages touchants, drôles, qui n'ont pas froid aux yeux et à la répartie cinglante. Un roman court et prenant qui nous présente des choses graves, mais sur un ton volontairement léger. Une plume légère et plaisante que j'ai aimé découvrir.




Extraits :

"Au milieu des touristes, Rachel. Elle affiche fièrement une soixantaine bien assumée. Elle ne regarde pas le paysage. Elle serre un livre dans sa main et tente de lire malgré le vent, le soleil et le mouvement du bateau qui en aurait fait chavirer plus d'un. Elle est têtue, Rachel, elle s'accroche à ce livre comme une noyée à sa bouée de sauvetage. Bornée, mais pas téméraire, elle se tient malgré tout de la main droite à la rambarde afin de ne pas passer par-dessus bord. Elle lève de temps en temps la tête et regarde l'horizon, attentive, comme si elle voulait se souvenir de quelque chose."

"Les pensionnaires de la résidence Rainbow n'échappant pas à cette règle. Au contraire, même, le côté final de leur séjour les pousse à se révolter encore plus. Ils mangent, donc ils sont encore... pour quelques temps, du mois. Les infirmières et intendants ne savent plus où donner de la tête et le bruit ambiant met leurs nerfs à rude épreuve. On ne dirait plus qu'il s'agit d'une résidence, mais plutôt d'un camp de vacances. Et au milieu de ces preuves de vie, des derniers soubresauts de présence qu'envoient ces corps pliés par le poids de deux âges déjà consommés, se trouve Rachel, seule, silencieuse, calme."

"Les jours passent et se ressemblent dans la résidence. Rachel et Rosa font chambre à part depuis leur altercation et elles ne se voient plus que dans les espaces communs. Parfais, dans le parc, leurs regards se croisent, comme aujourd'hui. Rosa est installée face à son bonsaï et Rachel se promène le long de l'année. Elle s'avance, tenant son livre dans les mains. Rosa lève la fête et remarque Rachel. Les deux femmes se regardent quelques instants, comme deux amants après un orage amoureux. Elles s'en veulent, mais quelque chose les empêchent d'aller l'une vers l'autre, comme si l'aimant de leur corps s'étaient inversé."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire