lundi 26 juin 2017

Des éclaircies en fin de journée de Agathe Colombier Hochberg


Éditeur : Pygmalion
Parution : 3 mai 2017
Pages : 320
Prix : 18€90

Synopsis :

Camille partage son temps entre sa librairie et sa fille de 16 ans, Léopoldine. Entre elles, beaucoup d'amour, une solide complicité... et pas mal de cris, parce qu'il semble que la fonction d'un ado est de rendre ses parents dingues. Camille entretient également de bonnes relations avec son ex-mari, Paul, qui a refait sa vie avec l'homme de ses rêves, et cela ne lui a jamais posé de problèmes, pas plus qu'à sa fille. Mais, lorsque le couple parfait décide de se marier et d'avoir un enfant, d'insidieuses émotions naissent chez Camille et Léo.
Tandis que l'une à l'impression d'être la seule à ne pas avancer, l'autre se trouve confrontée au jugement de ses amis. Chacune y réagira à sa manière...
L'orage approche?

Merci aux éditions Pygmalion et à Babelio pour ce partenariat.

Mon avis :

Je dois dire que le résumé de ce livre me tentait pas mal. Je me suis dis que de lire un contemporain évoquant l'homosexualité, le droit de se marier et l'envie de fonder une famille serait intéressant à découvrir, tout comme les émotions partagées de leur entourage. Malheureusement, ce livre n'a pas réussi à me convaincre pleinement.

Dans ce roman, nous suivons le quotidien de Camille et celui de sa fille, Léo.
 Paul, l'ex-mari de Camille et père de Léo, a fini par se rendre compte qu'il aimait les hommes et à quitté le cocon familial pour vivre avec Alex, l'homme qu'il aime. Depuis, les rapports de cette famille peu conventionnelle sont affectueux, cordiaux, touchants et chacun y a sa place. Seulement voilà, les deux hommes ont décidé d'agrandir la famille en faisant appel à une mère porteuse, puis, de se marier. C'est alors que les problèmes vont commencer...
Camille prendra conscience que pendant que les autres prennent leur vie en main, ce n'est pas son cas. Suite à sa séparation, elle s'est entièrement consacrée à sa librairie et à Léo, en délaissant la femme qui sommeille en elle. Léo quand à elle, a bien du mal à trouver sa place dans cette "nouvelle" vie familiale. Rajoutez à cela les hormones de l'adolescence et le tout se transforme en cocktail explosif.

Camille est une femme travailleuse, courageuse et dévouée à sa fille. Elle n'a plus eu de relations avec un homme, depuis que Paul et elle se sont séparés. Lorsque ce dernier décide d'agrandir sa famille et de concrétiser son amour pour Alex à travers le mariage, elle se rend compte qu'elle a laissé sa vie de femme à l'abandon et qu'elle est passée à côté d'une partie de sa vie. Cela lui pèse et elle aimerait rencontrer à nouveau quelqu'un. Quand ce quelqu'un sonnera à sa porte, elle espère que les choses se passeront pour le mieux. Mais qu'en sera t-il vraiment?
Concernant l'éducation de sa fille, si jusque là elle n'avait pas eu de problèmes majeurs, le changement familial qui s'opère sera assez lourd à supporter car Léo lui fera vivre un cauchemar et ne cessera de remettre son autorité en cause.
C'est une femme adorable, gentille, intelligente, mais qui n'aura pas su suffisamment de poigne et d'autorité sur sa fille le moment venu. Elle se laisse trop facilement convaincre par Léo et ne sait pas mettre les barrières nécessaires à sa progéniture.

Léopoldine, dite Léo, est une adolescente de seize ans. Le fait que son père est quitté le nid familial et qu'il assume totalement son homosexualité ne l'a jamais dérangé. De plus, elle est très proche d'Alex, le nouveau compagnon de son père. Elle est contente de pouvoir compter sur sa mère et ses deux pères au quotidien. Seulement voilà, l'annonce de l'arrivée très prochaine d'un nouveau-né lui fait peur. Elle a peur d'être délaissée, de ne plus avoir sa place, de ne plus pouvoir compter sur l'attention de ses proches et redoute plus que tout, que quelqu'un dans son lycée, ne découvre la vérité sur sa famille. Si elle a toujours été une bonne élève, une photo relayée sur les réseaux sociaux va tout faire basculer. Léo commet des erreurs, se met à mentir, à être irrespectueuse, à ne plus travailler et à avoir honte de ses pères. De plus, elle a peur de la réaction du garçon qui fait battre son cœur si jamais il venait à découvrir l'homosexualité de son père.
Au début du roman j'ai apprécié Léo que je trouvais gentille et attachante. Puis, plus on avance et plus son comportement change. Elle devient solitaire, têtue, méchante, égoïste et surtout ingrate et irrespectueuse. La seule personne avec qui elle ne change pas est sa meilleure amie. Je veux bien que le contexte dans lequel elle évolue devienne plus difficile à gérer, mais ça ne veut pas dire qu'elle doit se comporter ainsi. J'ai été adolescente (comme tout le monde, me direz-vous) et jamais, oh grand jamais, je ne me serais permise un quart de ce qu'elle fait subir à ses parents. Pour moi, c'est juste inacceptable de se comporter de la sorte. Rien ne justifie cela. Oui ce n'est pas simple, oui le regard et les remarques des gens peuvent blesser, mais merde, à un moment donné il faut apprendre à vivre sa vie en laissant de côté les avis des gens qui pour la plupart ne vous connaissent même pas. Il y aura toujours des gens pour juger, pour pointer du doigt les différences, pour se moquer et critiquer, mais c'est comme ça. Il faut se faire une raison si on ne veut pas finir par passer à côté de sa vie et des bonheurs qu'elle nous réserve. De plus, j'estime qu'elle s’apitoie un peu trop sur son sort et met tout ses problèmes sur la venue au monde de son petit frère. Elle seule est responsable de ce qui se passe, mais au lieu d'admettre ses erreurs, elle s'enfonce et accuse les autres. Je ne peux pas être d'accord avec ça et elle m'a profondément agacée. Si arriver vers la fin, elle se calme enfin, pour ma part, il était trop tard. Le mal étant déjà fait, on ne peut plus revenir en arrière.

Viens ensuite Paul, son père. C'est un homme qui s'est voilé la face pendant plusieurs années avant d'accepter la situation et de prendre la décision de voler de ses propres ailes. Depuis, il est plus amoureux que jamais d'Alex, son compagnon. Il a de bons rapports avec son ex-femme et leur fille. Qui plus est, les deux femmes de sa vie adorent l'homme de sa vie, alors que demander de plus?
Les deux hommes sont ensembles depuis plusieurs années et tout naturellement, le désir d'un enfant à eux se fait ressentir, tout comme la concrétisation de leur amour en passant par le mariage. Ce qu'ils étaient loin d'imaginer, c'est que cela remettrait pas mal de choses en questions et que Léo se sentirait délaissée. Paul est un homme doux, patient, toujours à l'écoute, drôle, il ne se prend pas la tête pour des broutilles, profite de la vie, mais il manque parfois lui-même de maturité. Il partage l'éducation de Léo avec son ex-femme mais de manière plus détendue. Néanmoins, sa fille va le pousser à bout et l'obliger à prendre des mesures inédites.
J'ai beaucoup aimé son personnage qui a su me toucher. C'est sans doute lui, qui m'a fait vivre le plus d'émotions dans cette lecture. Après tout, c'est lui qui doit subir le regard des gens, le fait d'être pointer du temps quand il sort de chez lui, le fait d'avoir conçu un enfant et de l'élever avec un homme à ses côtés, la honte qu'il peut lire parfois dans le regard de sa fille, etc... Il a décidé de se battre et de vivre sa vie comme bon lui semble, de faire tout simplement ce qui le rend heureux, et même si ce n'est pas simple tous les jours, il ne regrette aucunement sa décision de vivre pleinement.

La plume de l'auteure est plaisante et fluide. J'aime le fait qu'elle aborde non seulement le thème de l'homosexualité, mais aussi le fait que comme n'importe quel couple, on puisse rêver de concevoir un enfant, de se marier ou d'avoir tout simplement des projets de vie et peu importe le sexe des personnes concernées. C'est un sujet d'actualité qu'elle traite avec délicatesse et pudeur. Ses personnages adultes sont intéressants et travaillés. Les choses sont d'autant plus compliquées à l'âge adulte et pourtant, c'est son personnage adolescent, qui semble porter tout ce poids sur ses épaules. J'ai aimé les idées de l'auteure, la trame de fond, mais je ne peux pas comprendre et apprécier le comportement de Léo. Je ne comprend pas pourquoi elle a poussé aussi loin ce personnage dans cette direction. S'est-elle inspirée de quelque chose dont elle aurait été témoin ou dont elle aurait entendu parler? L'autre thème abordé est le fait de laisser sa vie de femme (ou d'homme) de côté suite à une séparation. Les difficultés et la solitude que cela peut représenter. Du coup, mon avis est mitigé. L'histoire en elle-même est intéressante et plutôt belle, mais encore une fois (je me répète un peu) les réactions et actions de Léo sont incompréhensibles et inacceptables pour moi. Ma lecture aura été grandement gâchée par cette dernière et c'est bien dommage. Si Agathe Colombier Hochberg voulait que j'éprouve de la sympathie pour notre héroïne, c'est raté. J'avais juste envie de la gifler et de lui dire de profiter pleinement de ses parents car, ils ne seront pas toujours là pour l'encourager, la guider et l'aimer. Les gens partent et parfois bien trop tôt, nous laissant avec le regret de ne pas leur avoir dit assez souvent à quel point on les aimait.

En résumé, une histoire contemporaine dans l'air du temps avec des thèmes difficiles qui y sont abordés. Des doutes, des désirs, de l'amour, de la honte, de la joie, des peines et de la colère rythmeront votre lecture. Des personnages adultes fort intéressants et touchants, mais une héroïne tête à claques, égoïste et irrespectueuse qui aura gâchée ma lecture. Une lecture en demi-teinte que je recommande aux personnes voulant découvrir une histoire de famille recomposée avec des protagonistes homosexuels qui rêvent d'agrandir la leur.


Extraits :

"Avec le recul, le plus difficile à vivre avait été la réaction de leurs amis. L'onde de choc qu'avait causée la nouvelle parmi eux était immense; non contents d'évoquer le sujet à longueur de dîners, leur curiosité était sans limites. Est-ce que  vraiment elle ne s'était rendu compte de rien? N'avait-elle jamais surpris Paul posant un regard lourd de convoitises sur un autre homme? Et s'agissant de leur vie sexuelle, n'y avait-il rien qui aurait pu éveiller ses doutes? Pour tous ces couples que cet événement avait rassurés dans leur normalité, son identité se résumait à l'amie qui avait épousé un homo sans le savoir et dont la fillette allait au-devant d'un mal-être inéluctable."

"Léo s'abstient de claquer la porte -manquerait plus qu'elle réveille le divin enfant- et entre dans le salon où elle se laisse tomber dans son fauteuil de prédilection. L'heure de son arrivée est désormais grevée d'un enjeu majeur, puisqu'elle ne détermine plus le temps qu'elle partagera avec son père, mais celui qu'elle pourra consacrer au charmant nourrisson qui passe environ vingt heures sur vingt-quatre à dormir. Selon les jours, elle bénéficie de l'immense privilège consistant à changer sa couche, lui donner son bain ou le biberon, lui faire faire son rot et accessoirement se faire vomir dessus, ce qui n'émeut ni son père ni Alex. De manière générale, les soucis et le quotidien de la jeune fille ne semblent plus préoccuper grand-monde dans la maison paternelle, ce qui l'arrange plutôt compte tenu de ses notes en chute libre."

"La vision du couple qu'ils forment avec leur enfant frappe l'adolescente de plein fouet. Pour la première fois, elle prend conscience de leur statut de parents. Et de famille. Le trio qu'ils avaient composé avec elle lui semble soudain bancal, alors que celui-ci es parfait. Et par définition, elle n'y a plus sa place. Est-ce cela qui la gêne le plus, ou bien l'absence de figure maternelle dans ce tableau d'un couple entourant un enfant? Impossible à dire, tout ce qu'elle sait, c'est qu'un sentiment encombre soudain son esprit."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire