mardi 18 juillet 2017

Piégés dans le train de l'enfer de Hubert Ben Kemoun


Éditeur : Flammarion Jeunesse
Parution : 3 mai 2017
Pages : 164
Prix : 13€

Synopsis :

Teddy s'assit, le sac rouge cadenassé, bien posé sur le siège à côté de lui. Interdit d'ouvrir et d'ausculter ce bagage, il connaissait la règle. Un mulet transporte son chargement sans se préoccuper de ce qu'on lui a posé sur le dos.
Il était 14h23 quand il prit place dans le wagon du train à destination de Toulouse. Celui-ci s'arrêterait à Bordeaux à 17h42.
A peine plus de trois heures.
Une affaire vite pliée.

Mais ce qui semblait tranquille, devient très vite un enfer...
Quand le hasard se met à nous jouer des tours, il ne sert à rien de chercher à lui échapper.

Mon avis :

Dans ce court roman destiné à la jeunesse, nous allons suivre différents protagonistes. Nous avons tout d'abord Teddy qui est chargé de faire voyager un sac d'un point A à un point B, puis Dimitri un adolescent à problèmes ainsi qu'une jeune femme meurtrie et en colère contre son ex compagnon et pour finir, deux types assez louches. Tous ces gens se trouvent à bord du même train et sont loin de s'imaginer ce qui les attends lors de ces trois heures de trajet.

Teddy est un adolescent plutôt ordinaire. Il est discret, calme, il vit avec sa mère et a toute sa confiance. Un beau jour, il fera la rencontre d'autres adolescents qui viennent le sortir d'un mauvais pas. Ces derniers lui proposeront un job bien rémunéré où sa capacité à se fondre dans le décor sera un réel avantage. Sauf qu'il ne pensait pas qu'un jour, les choses pourraient très mal tournées pour lui et pourtant... A bord de ce train et pour une mission qu'il pensait facile à réaliser, il se rendra compte que plus rien ne sera comme avant et que ses jours sont en danger.
Quel est cet homme qui lui semble avoir déjà vu? Que contient ce fameux sac? Doit-il céder à sa curiosité ou bien l’annihiler?

Dimitri quant à lui est un adolescent connu des juges et des éducateurs. On ne sait pas comment il en est arrivé là, mais ce qui est sur c'est qu'il fugue régulièrement et laisse son besoin de voler, prendre le dessus. Il vole de l'argent, mais aussi des objets inutiles et même les portefeuilles des dames. Pour échapper à des vigiles, il décide de se réfugier dans un train et de partir loin, à l'aventure. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ne sera pas déçu. C'est un garçon observateur, nerveux, impatient et peu délicat.

Puis viens Mathilde, la jeune femme meurtrie par son ex compagnon. Pendant trois ans, elle a vécu dans l'ombre car ce dernier était en couple. Elle est celle qui détient le rôle de la maîtresse en attendant qu'il fasse son choix. Trois ans à accepter et supporter la présence d'une autre femme, à ne le voir que lorsque celle-ci travaille, à devoir se planquer pour vivre leur amour, et tout ça pour quoi? Non seulement il décide de rester avec sa femme mais en plus, il n'a même pas le courage de lui annoncer en face et se contente de quinze petites lignes à travers un mail. La jeune femme voit rouge, elle lui en veut et compte bien lui faire payer sa traîtrise. D'autant plus que sa femme n'est autre que la contrôleuse du train dans lequel elle voyage.
Que compte-elle faire? Va t-elle se présenter et avouer la liaison qu'elle a eu avec son mari à Solène? Comptes t-elle s'en prendre à Solène? Ce sera à vous de le découvrir.

Malheureusement, je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages, si ce n'est peut-être à Solène qui n'a rien demander et se retrouve dans une galère sans fin. Les autres personnages manquent de profondeur dans le sens où, au final, on ne sait pratiquement rien sur eux. On ne sait pas ce qui s'est passé pour qu'ils en arrivent à cette situation, ce qu'ils ont vécus, qui ils sont vraiment et cela m'a déroutée pendant toute ma lecture. Pour m'attacher à un personnage et le comprendre, j'ai besoin d'avoir des informations sur eux, ce qui manque cruellement ici.

La plume de l'auteur est fluide et agréable. L'intrigue est dynamique, rythmée et permet une lecture rapide de cette histoire. J'ai bien aimé le fait que Hubert Ben Kemoun ne se contente pas d'un seul point de vue narratif, mais nous offre une vue d'ensemble. Malheureusement, le livre étant assez court, il manque de développement aussi bien dans les personnages que dans l'intrigue en elle-même. C'est comme si vous allumez votre télévision et prenez un film d'action en cours de diffusion. Vous connaîtrez le fin mot de l'histoire, mais sans avoir les informations cruciales du début. On a cette impression de manque, d'avoir loupé quelque chose pour comprendre parfaitement la situation ou les comportements de certains.
Pourtant l'idée de base est intéressante et innovante en littérature jeunesse. Pour me convenir, ce livre aurait dû faire le double au niveau du nombre de pages. J'aime les histoires développées. Certains personnages ont un lien sans le savoir, il y a un fil rouge tout au long de l'histoire, mais ce n'est pas suffisant pour ma part. Du coup, mon ressenti est assez mitigé, car j'ai bien aimé certains aspects mais l'ensemble n'est pas assez développé ou travaillé pour moi.
Après, je pense que ce livre peut parfaitement convenir à des adolescents qui lisent peu ou préfèrent l'action à l'état pure que des explications diverses et variées.

En résumé, une idée de base intéressante et qui intrigue pas mal, mais des personnages qui manquent de développement à mon goût. Une plume plaisante et fluide qui permet une lecture rapide. Des thèmes peu abordés (voire pas du tout) en littérature jeunesse qui offre un vrai plus et beaucoup d'action, ce qui rythmera votre lecture. Un livre que je recommande plus aux personnes qui préfèrent l'action aux romans plus détaillés.



Extraits :

"Le code A35728D ouvrait effectivement le casier 187. Rien d'étonnant, là encore, c'était toujours ainsi. La fermeture Éclair du gros sac de sport rouge était comme d'habitude fermée par un petit cadenas ridicule. Une barrière que n'importe quelle pince ou tournevis aurait pu faire sauter aisément. Teddy avait depuis longtemps compris que ce cadenas n'était là que pour freiner sa curiosité, pas pour protéger son contenu. Interdit d'ouvrir et d'ausculter le bagage, pour cela encore, il connaissait la règle."

"Sa vengeance allait être terrible. Aussi terrible qu'elle se sentait meurtrie et humiliée. Elle n'était plus qu'un animal blessé. Sans doute les fauves les plus redoutables sont-ils ceux qui se sentent en danger et qui viennent de recevoir le premier coup de griffe de leur adversaire. Car, elle le savait, Damien venait de basculer dans le camp des traîtres. Pire que celui des ennemis.
Elle allait faire un carnage!"

"Il était quasiment certain que ce que contenait le sac était soit de la drogue, soit des faux billets, seulement avec toutes ces histoires d'attentats qui sévissaient dans le pays et dont la télé rabâchait les oreilles à longueur de semaine, l'idée qu'une bombe se trouve à vingt centimètres lui traversa l'esprit. En quelques minutes, peut-être à cause du film qui continuait sur l'écran, peut-être à cause du dormeur éventuellement déjà aperçu, cette idée ne le quitta plus."




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire