samedi 3 février 2018

Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard de Laetitia Constant


Éditeur : Pygmalion
Parution : 21 juin 2017
Pages : 295
Prix : 14€90 (papier ) - 10€99 (numérique)

Synopsis :

À vingt-sept ans, Fauve est une jeune femme dynamique. Gérante d'un haras atypique niché dans la forêt landaise de Gascogne, elle y exerce avec passion le métier de chuchoteuse. Elle soigne des chevaux traumatisés, tout en donnant des cours d'équitation responsable aux enfants.
C'est alors qu'une lettre de la mairie vient tout menacer : son terrain vient d'être acheté par une société immobilière qui veut l'expulser.
Non, elle n'a pas tant donné pour tout perdre aussi bêtement! Elle se rend directement au siège de cette société traîtresse... pour découvrir que l'homme à la tête du projet n'est autre qu'un odieux personnage, arrogant et coureur, qu'elle a déjà eu le malheur de rencontrer. Le voici, semble-t-il, décidé à détruire sa vie. Pour qui se prend-il?
Fauve ne se laissera pas faire!
Et la guerre est déclarée.


Mon avis :

Il faut savoir que ce roman me faisait envie depuis sa sortie. Il faut dire qu'entre le côté romance de ce livre et celui des chevaux, il fallait que je le découvre!

Dans cette histoire on découvre Fauve, une femme dynamique de 27 ans qui tient un ranch et exerce le métier de chuchoteuse. C'est une héroïne qui se donne à fond et ne lâche rien. Un jour, sa meilleure amie décide de l'envoyer en vacances pour célibataire afin de pimenter son quotidien et qu'elle se détende. Elle y rencontrera un homme aussi charmant que détestable. 
En parallèle, une menace plane sur son ranch puisque des promoteurs font du forcing afin de racheter un maximum de terrains et déloger leurs habitants. Quel ne sera pas le choc pour Fauve de découvrir que l'homme à la tête de ce projet n'est autre que celui rencontrer en vacances...

Fauve est une jeune femme dynamique, courageuse, volontaire, elle ne rechigne pas à s'occuper des corvées et pratique son métier avant tout par passion et envie. Elle est célibataire et si cela ne la gêne pas le moins du monde, son entourage ne cesse de lui faire remarquer. De nature enjouée, gentille, généreuse, têtue, drôle et à la langue bien aiguisée, c'est une héroïne attachante avec laquelle on ne s'ennuie jamais. J'adore son franc parler et ses remarques, qu'elles soient pertinentes ou non.
La vie n'est pas toujours facile pour elle, mais elle ne lâche rien et continue de se battre coûte que coûte. Vivre de sa passion est et sera toujours compliqué, tout comme les ennuis seront nombreux sur la route du bonheur. Et en même temps, à quoi sert de vivre sa vie si c'est pour faire uniquement ce qui est sur et ce qu'on attend de vous? Fauve sait ce qu'elle veut, elle sait que rien ne sera jamais simple, elle sait qu'elle prend des risques, parfois même d'énormes risques, mais elle croit en ses rêves et met tout en oeuvre pour les concrétiser. C'est sans doute l'aspect de sa personnalité que je préfère. Je suis une rêveuse (tout en gardant les pieds sur terre) donc je me suis retrouvée dans ce trait de caractère.

Célia est la meilleure amie de Fauve. A force de passer son temps au ranch, Fauve lui a proposé d'emménager avec elle. Depuis les deux amies ne se quittent plus et Célia s'occupe des parties administrative et comptable de l'affaire, les points faibles de notre héroïne principale. Si Célia accepte et comprend la passion des chevaux de Fauve, elle a beaucoup plus de mal à comprendre le fait qu'elle ne veuille pas trouver l'amour, ou tout du moins qu'elle ne se donne pas la peine de le chercher. C'est elle qui sera à l'initiative des vacances forcées de sa copine, sans se douter que les choses tourneraient ainsi.
Célia est une jeune femme survoltée, qui ne s'arrête jamais de parler, de faire l'imbécile, ou de changer d'homme comme on changerait de sac à mains. Le moins qu'on puisse dire c'est que c'est une briseuse de cœur. Hormis cela, Célia est une véritable amie, celle sur qui on peut toujours compter, celle qui nous soutient et qui est capable de nous botter les fesses si besoin, celle qui a toujours une idée farfelue à vous proposer, celle qui vous remonte le moral, sèche vos larmes ou encore, celle qui partage vos crises de fou rires. J'adore son côté assez loufoque, sa joie de vivre au quotidien ou encore ses répliques bien senties.

Et maintenant, parlons de notre cher Voisin. Pendant une bonne partie du roman, nous ne connaissons pas son nom donc je ne vous le révélerai pas ici.
Voisin est un jeune homme charismatique, il présente bien, a de l'humour et pourtant, il est bien loin  de l'homme parfait. Je vous disais que Célia changeait d'homme comme on change de sac à main, Voisin lui change de conquête comme on change de culotte. C'est un dragueur invétéré et il ne s'en cache pas. Je trouve son comportement parfois proche de l'irrespect car on a l'impression qu'il considère les femmes comme des objets jetables. Je dois dire que cette façon d'agir m'a fait bondir plus d'une fois et que je lui aurais bien expliquer ma façon de penser. C'est un homme borné qui ne se laisse rien dire et si il lui arrive d'être adorable ça ne dure jamais bien longtemps, le naturel revenant vite au galop chez lui, c'est un homme trop souvent odieux. Il est sur de lui (sans doute un peu trop) et semble caché quelque chose qui a provoqué en lui ce dégoût des équidés. Que cache-t-il si profondément? Pourquoi refuse t-il d'entendre ce que le monde veut lui dire? Est-il vraiment celui dont il donne l'image?
Ce sera à vous de le découvrir.

C'est la première fois que je lis un roman de cette auteure et je ne savais donc pas à quoi m'attendre.
J'ai aimé la fluidité de son écriture, l'humour bien présent dans le récit, le fait que notre héroïne ne soit pas une pauvre jeune fille démunie qui a besoin d'un homme pour la sauver. Non, ici notre héroïne n'a besoin de personne pour faire ce qu'elle accompli tous les jours, c'est une battante et au final, elle préfère avoir ses chevaux qu'un homme dans sa vie. Elle est heureuse et prouve qu'on peut s'en sortir à condition de le vouloir et de s'en donner les moyens. Il y a plusieurs thématiques abordées dans cette histoire et j'ai aimé les découvrir. Et pour être honnête, ça fait du bien de découvrir une romance avec des chevaux et tout l'univers qui est le leur. Non pas que je n'aime pas les chiens ou les chats, au contraire, mais ce sont souvent eux qu'on rencontre. J'ai aimé le fait que le destin s'acharne sur Fauve en mettant toujours Voisin sur son chemin, surtout quand elle ne s'y attend pas. Cela donne un peu de piquant à l'histoire et des répliques qui m'auront donné le sourire jusqu'aux oreilles. Si je devais émettre un petit reproche, ce serait sans doute le fait que j'ai du mal à comprendre comme on peut détester une personne tout en étant attirer par elle. Personnellement, si je ne supporte pas le caractère d'une personne, je ne pourrais jamais ressentir un intérêt physique envers elle. Peut-être est-ce moi qui suis bizarre, je ne sais pas.

En résumé, une histoire drôle tout en étant touchante. Un univers qui change et qui nous permet de découvrir plein de choses sur les chevaux. Des personnages féminins qui sont des femmes fortes et qui sont capables de s'en sortir seules. Un héros tête à claque mais séduisant qui nous fera connaître des hauts et des bas. Et une plume légère, fluide, agréable et humoristique.



Extraits :

"Mon amie croisa les bras sur sa poitrine et me lança un sourire éclatant. Ses yeux brillaient d'amusement et de fierté personnelle. Je connaissais cette expression par cœur. Elle illuminait  son visage chaque fois qu'elle était certaine de gagner la partie. Je me penchai sur la table et pointai du doigt les divers documents touristiques étalés devant nous."

"Considérant l'attitude hautement inflammable de Voisin, j'en conclus qu'il avait entrepris une mission séduction qu'il risquait bien de réussir. Je n'étais pas du genre à craquer facilement pour un homme, mais celui-ci était à part. J'avais le sentiment qu'au-delà de ma volonté, une connexion chimique s'établissait entre nous. Lui, moi, nous, cela me paraissait logique. Normal. Le repas achevé, fourbu, chacun d'entre nous rejoignit sa chambre éphémère. La journée avait été longue, riche en émotions. Une bonne nuit de sommeil ne serait pas du luxe pour reprendre des forces."

"Dans le cas contraire, j'avais un mois pour plier bagages et animaux. C'était physiquement, économiquement et émotionnellement impossible. Je m'y refusais. Je devais me défendre avec mes armes. Je me sentais comme la fronde de David, visant le front de Goliath pour l'abattre. Parfois, un simple grain de sable dans un engrenage bien huilé suffisait à le briser. Je serais ce grain, voire un gros caillou, et le premier à me recevoir entre les yeux serait ce ... .... Je lui ferais bouffer sa cravate en même temps que son arrogance..."





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire