samedi 10 mars 2018

Au bout du fil


Auteure : Sylvie Arnoux
Illustratrice : Sabrina Moguez
Éditeur : Nats Editions
Parution : 19 février 2018
Pages : 72
Prix : 12€ (papier)
Genre : Jeunesse - Steampunck
Lu en : numérique
Lecture : Service Presse

Âge : dès 9 ans

Synopsis :

À la fin du XIXe siècle, dans les montagnes cévenoles, Louise et Raymond rpevent d'aventures. Passionnés par les technologies naissantes, ils souhaitent quitter leur village, découvrir les Amériques et ainsi échapper au travail dans les moulinages, ces usines qui fabriquent le fil de soie. Leurs rêves vont les entraîner beaucoup plus loin que prévu...

Dans ce roman à l'ambiance Steampunck campagnard, découvrez la rude vie de ces milliers de filles et garçons embauchés dès leur plus jeune âge dans les moulinages. Mais aussi comment une des technologies les plus en vogue aujourd'hui trouverait son origine au cœur de l'Ardèche.


Mon avis :

Pourquoi ce titre a rejoint ma pal?

Le résumé m'intriguant fortement et n'ayant encore jamais réellement lu de steampunck, je me suis dit que ce court roman me permettrait de mettre un pied dans cet univers inconnu.

Les personnages :

Louise a 15 ans et rêve non seulement d'aventures, mais également de liberté. Ce qu'elle veut, c'est un avenir plus glorieux que ce que lui réserve son village. Son père s'opposant farouchement à ce qu'elle fasse des études supérieures ou qu'elle entretienne une relation amicale avec Raymond, la poussera à fuir loin des siens. C'est une adolescente déterminée à prendre sa vie en main et ne pas se laisser dicter ses choix. Elle est courageuse, passionnée et aimante envers sa fratrie.
Raymond est l'ami de Louise depuis un bon moment. Son père étant instituteur, il a vite compris et respecté son choix et besoin de partir étudier à la ville. Il est passionné par les technologies, inventif et toujours prêt à aider.
Martial est le seul fils de la fratrie et le jeune frère de Louise. Il a plutôt mal vécu la disparition de sa sœur aînée, alors quand Marie vient à disparaître à son tour, il prend peur. Peur qu'on lui prenne toutes ses sœurs et qu'il se retrouve à jamais seul dans ce monde. De nature assez peu obéissant quand on lui donne des ordres, il est également un peu peureux et se rapproche énormément de Jeanne, son autre sœur. Il n'hésitera pas à combattre sa peur pour empêcher qu'elle aussi ne disparaisse à son tour.

Je n'ai malheureusement pas réussi à m'attacher aux différents personnages. Le père de Louise est un homme incompréhensible pour moi et la mère est totalement inexistante.

L'intrigue :

L'intrigue se situe à la fin du XIXe siècle, à une époque où les enfants travaillent dès leur plus jeune âge dans des métiers souvent contraignants, épuisants physiquement et où leur moral n'ait pas forcément au beau fixe. Aucun espoir d'un avenir meilleure ne s'offre à eux et certains ont plus de mal que d'autres à se résigner. On découvre également les prémices de l'invention tant reconnue aujourd'hui et dont la majorité des gens ne seraient plus capable de se passer.

Le résumé était prometteur mais malheureusement, je me suis ennuyée pendant ma lecture. Pour moi c'est une histoire qui mériterait d'être plus développée. Ici, c'est trop court et je n'ai pas compris ce que l'auteure voulait nous transmettre comme message à travers cette histoire. Je suis passée totalement à côté.

L'auteure :

La plume de l'auteure est fluide, simple et agréable, les mots plus difficiles à comprendre bénéficie d'annotations en bas de page, ce que je trouve vraiment bien et adapté à tout public. 
L'univers n'est pas assez détaillé ou complet pour moi. On passe d'un endroit à l'autre sans aucun détail nous permettant de nous représenter les différents endroits et c'est bien dommage. Pour m'immerger dans une histoire, j'ai besoin qu'on me présente le décor. Je ne demande pas des pages entières de description car je déteste ça, mais au moins des éléments permettant de nous donner une base sur laquelle on laisserait notre imagination prendre le dessus.

L'illustratrice :

J'aime le côté "ancien" des illustrations que ce soit celle de la couverture ou des débuts de chapitres. C'est en osmose avec l'époque et donne du cachet à ce court roman. Elles sont assez simples au niveau des traits, mais les jeux d'ombres et de colorisation m'a beaucoup plu.

En résumé :

Une courte histoire qui nous montre la dureté de la vie de l'époque concernée, mais aussi le début des technologies et la passion de certaines personnes envers elles il y a de cela plus d'une centaine d'années. Des personnages aux caractères et aux envies bien différentes, mais qui continuent d'évoluer ensemble. Malheureusement, il m'a manqué quelque chose pour m'attacher aux personnages et le manque de détail concernant l'époque m'a dérangé pendant ma lecture.
Néanmoins, les explications figurantes à la fin du texte m'ont beaucoup plus et nous permettent d'en apprendre plus.

Ma note :


Extraits :

"Le jeune garçon regarda son patron, hésitant. La dernière fois qu'il était descendu à la cave,  il avait assisté à des phénomènes étranges. Sur le mur longeant l'escalier, une craie lumineuse traçait des dessins et des mots la paroi. La paroi semblait avoir été percée pour laisser filtrer les rayons du soleil à travers les inscriptions. Les lettres dansaient sur les pierres, tels des papillons portés par le souffle du vent...
Martial avait tenté de déchiffrer un message, mais les mots luis étaient inconnus. Quand il passe une main sur les pierres pour attraper un symbole mouvant, l'apparition disparut aussi vite qu'elle était venue."

"En effet, Raymond avait déjà compris cette technologie avant lui, et l'avait utilisée avec Louise lors de son évasion. Aujourd'hui, cette invention était déjà éclipsée par leur nouveau matériel. Parler d'un continent à l'autre par écran interposé, et pourquoi pas ensuite se voir dans les écrans, voilà quel était leur pari fou. Ils s'étaient liés d'amitié avec un autre dingue, Lewis, un original américain... à la peau noire! Et leur projet avait pris forme dans leurs carnets, au fil des soirées passées à rêver d'un autre monde."




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire