mercredi 14 mars 2018

Bane Seed, tome 2 :Un crime, un châtiment


Auteure : Fanny André
Éditeur : MxM Bookmark 
 Collection Infinity
Parution : 14 mars 2018
Pages : 186
Prix : 13€ (papier) - 5€99 (numérique)
Genre : Urban fantasy
Lu en : numérique
Lecture : Service Presse

Synopsis :

Bane Seed et son coéquipier Dorian Murray ont réussi, laborieusement, à éviter une guerre entre les peuples fae! Mais leurs hiérarchies respectives ne sont pas encore prêtes à passer l'éponge sur leurs erreurs passées, si bien que leur duo est toujours d'actualité. Bane aurait pourtant bien voulu s'offrir un peu de bon temps en faisant une virée casino et en voyant Lorid, son sex-friend. Malheureusement, sa supérieure en a décidé autrement. La voilà donc propulsée formatrice d'une Banshee débutante qui n'a rien de docile!

Et quand leur amie Korena la Korrigane est portée disparue, Dorian réclame son aide pour la retrouver. Déjà accaparée par son rôle de prof, Bane risque d'avoir du mal à tout gérer...




Mon avis :

Pourquoi ce livre a rejoint ma PAL?

Ayant particulièrement aimé l'univers et les créatures différentes qu'on croise dans le premier tome, j'avais vraiment envie de découvrir la suite des aventures de Bane et Dorian.

Les personnages :

Bane reste fidèle à elle-même! Toujours aussi prompte à ne pas obéir aux ordres, à répondre du tac au tac à toute remarque ou acte qui lui déplaît, elle manque toujours cruellement de diplomatie et a un mauvais caractère. J'aime son tempérament de feu et sa langue plus qu'aiguisée qui nous fait sourire, voire rigoler franchement. Comment vous dire que la voir formatrice d'une bébé Banshee (surnom affectueux qu'elle donne à la débutante) m'a rendu plus que curieuse. J'avais hâte de découvrir comment elle gérerait la situation. Dans ce second tome, on en apprend davantage sur sa vie actuelle, mais aussi du temps où elle était mortelle. On voit vraiment la personnalité plus profonde de notre héroïne et j'ai adoré ça. On la découvre parfois moins sûre d'elle que ce qu'elle ne laisse paraître, elle s'interroge, se remet en question (même si elle n'est pas prête de l'avouer à quiconque), elle doute de ses sentiments, se sent parfois dépasser par les événements et veut comprendre ce qui lui échappe.
En gros, elle garde tout ce qu'on adore d'elle dans le premier tome, et nous en apprend plus sur ce qu'elle nous cachait jusque là. J'ai été touchée de la découvrir plus sensible, plus fragile.

Dorian est toujours aussi doué pour les joutes verbales et arrive toujours à faire sortir de ses gonds Bane, en un claquement de doigts. Tout comme elle, il nous livre enfin quelque uns de ses secrets les plus enfouis. On le découvre soucieux pour Korena, investi, il manque encore parfois de pragmatisme et est toujours drôle, mais ce qu'on apprend de lui nous touche et nous donne envie de creuser encore et encore pour le percer à jour. J'ai aimé le fait qu'il finisse par se montrer tel qu'il est, sans se cacher (même si ça ne dure pas éternellement), qu'il dise clairement les choses sans détour et pousse la personne en face de lui à faire de même. Il est bien plus intelligent et attachant qu'on ne pouvait le penser. Je me demande bien ce que lui réserve Fanny André pour la suite des aventures et je suis impatiente de le découvrir.

Caoimhe est la bébé Banshee en question. Si l'on pense que Bane a mauvais caractère, ce n'est rien du tout par rapport à elle. Elle est flippante, hautaine, déterminée, elle en a strictement rien à faire de ce que l'on veut lui enseigner et ne pense qu'à la vengeance sanglante. Elle est amère, irrespectueuse envers tout le monde, énervante, cruelle et je lui aurais bien donné plusieurs paires de claques pour lui remettre les neurones en place. Je l'ai détesté et je me demande bien à quels sombres événements dont elle sera responsable, nous devrons faire face dans le troisième tome. Je ne suis pas pressée de la retrouver en tout cas. C'est le genre d'héroïne capable de vous glacer le sang en deux secondes et de transformer le plus brûlant des brasiers en iceberg.

L'intrigue :

L'intrigue est plus sombre, plus prenante et mystérieuse que jamais. Plusieurs intrigues s'entremêlent et nous feront partir à l'aventure, mais aussi au devant du danger. Tout d'abord, il y a la disparition de Korena, qui va demander de la finesse et de la diplomatie à notre duo de choc, il y avait donc déjà du pain sur la planche. Mais le fait que Bane doit jongler entre cette mission, la formation de Caoimhe, ses envies et besoins de décompresser, le fait de devoir de se confronter à ses sentiments, plus celui de refaire équipe avec Dorian pourrait bien créer un cataclysme d'une envergure encore inconnue.

L'auteure :

Fanny André a réussi à m'embarquer dès les premières pages. Il se passe beaucoup de choses dans ce tome ce qui fait qu'on ne s'ennuie jamais. On jongle entre joutes verbales à mourir de rire, mystères, actions, révélations parfois surprenantes, noirceur, errance et référence de pop culture que j'ai beaucoup aimé soit dit en passant. On passe de Casper à Brigitte Bardot, c'est inédit 😅.
 Tout est bien dosé et a créé en moi ce sentiment de manque dès que je reposais ma lecture pour aller travailler ou manger.
Fanny André développe également un point que j'ai trouvé super intéressant. Elle nous livre une mythologie bien plus développée et complexe sur les Banshees. Quelles sont les fonctions qui existent pour chacune en rapport avec leurs capacités? À quoi ressemble leur hiérarchie? De plus, l'auteure nous propose un large choix de créatures surnaturelles qu'on a peu l'habitude de retrouver dans ce genre littéraire. Les vampires et loups-garous ont souvent été mis à l'honneur, mais il existe tellement d'autres créatures que je rêve de découvrir. Ici, je ne les découvre pas toutes, mais en tout cas, ça a le don d'être innovant, prenant, intéressant et ça titille ma curiosité. J'espère donc pouvoir en découvrir encore bien d'autres par la suite.
Voir évoluer les personnages de la manière qu'elle a choisi est pour moi le point fort de ce tome. On les découvre plus intimement, on les voit évoluer et se poser des questions, ils nous semblent plus humains et de ce fait, on a plus de facilité à les comprendre, à s'attacher à eux, ou à nous identifier à eux.
Vivement le tome 3!!!

En résumé :

Un second tome plus sombre et mystérieux, tout en étant drôle, frais, intéressant, prenant et divertissant. Une mythologie des Banshee mise en avant et détaillée, des personnages qu'on découvre toujours plus et qui ne cesse de nous surprendre ou nous toucher, mais également le début d'ennuis colossaux qui se profilent à l'horizon et à grande vitesse. Je suis complètement addict.

Ma note :


Extraits :

"Après plusieurs siècles, je me retrouvais à nouveau accusée par ma hiérarchie d'avoir commis une erreur en châtiant de mon propre chef un homme gracié, ce que je pensais une grossière erreur. Malgré toutes leurs remontrances, je ne me sentais pas coupable. Pour me punir, on me forçait à travailler comme agent de terrain pour le Conseil qui contrôle les manifestations magiques. Avec en malus, un partenaire ingérable, l'Incube Dorian Murray. C'était beaucoup pour une seule Banshee! Même pour une avec un sale caractère ayant une vision un peu personnelle de l'observation des consignes."

"Sa formation faisant partie de ma mise à l'épreuve je ne pouvais pas la planter sans me faire défoncer par Maahra. Car si cette dernière était capable d'imaginer une mise à disposition pour le Conseil magique comme flic de terrain, puis un retour en fanfare dans le professorat, je doutais de pouvoir supporter une autre de ses idées pour me pourrir la vie. Dans le schéma Thor et marteau j'étais... le sol où Thor envoie valdinguer son engin. Et pas dans le sens cochon, dommage, parce que j'aime bien Chris Hemsworth."

"C'était par choix que je vivais sur terre et non ici, j'aimais l'ambiance de ce petit lopin où les gens se débattaient, inventaient des séries, de l'urban-fantasy ou devenaient accrocs à des choses étranges comme les licornes et Facebook. Cela était curieux pour moi, si vieille, et entretenait chez moi une sorte d'intérêt pour la vie. J'attendais la prochaine vague, le prochain truc drôle, idiot ou formidable. Mais le Tir na mBân avait un quelque chose de réconfortant. La "maison" telle qu'on se la représentait avant de quitter le nid, jeune et plein d'espoir... même si nombre de mes congénères restaient à jamais dans le coin, comme une armée de Tanguy isolé."










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire