vendredi 25 mai 2018

Creativ'Things, tome 1 : Pas toujours sur le droit chemin


Auteure : Rachel Berthelot
Éditeur : Sharon Kena
Parution : 19 janvier 2016
Pages : 158
Prix : 10€50 (papier) - 5€99 (ebook)
Genre : Romance contemporaine
Lu en : papier
Lecture : personnelle

Synopsis :

Cassandra Chemin, c'est elle. "Cassy" pour les intimes. "Sissi" pour les suicidaires.

À peine sortie de l'école, cette jeune diplômée se fait embaucher par une grande boîte de communication Parisienne : Creativ'Things. Et comme si ce n'était pas assez, on la propulse directement Manager!

Sauf que quand on doit diriger deux services, l'un géré par un coléreux et l'autre par un profiteur, les choses peuvent rapidement prendre une tournure inattendue...

Ce livre est à déguster avec du thé et un pot de crème glacée!



Pourquoi ce livre a rejoint ma pal?

Parce que j'ai adoré la série L'énigme 2+0=3 de la même auteure et co-écrite par Lisa Angelini.

Les personnages :

Cassy est une jeune femme qui vient tout juste de finir ses études et devient Manager de deux équipes, ce qui risque fort de lui attirer un paquet d'ennuis en plus des responsabilités liées à sa fonction. Malgré qu'elle soit jeune, c'est une femme qui sait ce qu'elle veut. Elle a des formes avantageuses et les assume pleinement (ça fait du bien de rencontrer ce genre de personnages). Elle a un caractère bien trempé et est de nature débrouillarde, grande gueule qui ne se laissera ni faire ni dicter sa conduite. elle a un humour particulier qui m'aura souvent fait sourire. Foncez tête baissée est tout à fait dans ses cordes et, si vous êtes suicidaire au point de la cherchez, vous la trouverez! Certains en feront d'ailleurs les frais. Niveau vie amoureuse, on ne peut pas dire qu'il se soit passé beaucoup de rebondissements jusqu'à présent, mais il se pourrait bien que tout cela change...
J'adore Cassy, mais j'avoue que le choix du prénom m'a un peu perturbé pendant ma lecture car ma nièce porte le même 😃.

Anthony Tellier est un père célibataire qui fait de son mieux pour sa fille. Au travail, il est chef d'un des pôles qui sera dorénavant sous les ordres de Cassandra. Comment vous dire qu'entre le fait qu'il voit sa promotion s'envoler devant ses yeux, l'âge de la personne engagée et le fait que ce soit une femme, il va vite voir rouge et s'emporter. Au début, quand il apparaît, je me suis dit : Ok, ben ça promet pour la suite! Et en effet, ce sera le cas, mais pas forcément tel que je l'avais imaginé de prime abord. C'est un homme têtu, il paraît sur de lui et des compétences, il peut vite s'emporter tout comme il peut devenir gentil et agréable à ses heures perdues. Si vous cherchez le personnage plus complexe que les autres dans ce premier tome, je peux vous garantir qu'il remplira bien son rôle. On ne sait pas quoi penser de lui, il souffle le chaud et le froid en permanence et on finit par ne plus savoir sur quel pied danser en sa présence. Ce mec est une énigme et puis, il finit par nous laisser en entrapercevoir plus sur lui et on commence enfin à le comprendre.

Quand à Sylvain Delmotte, je ne dirais qu'une chose : quel enfoiré celui-là!
Il mériterait des baffes. Soit c'est juste un crétin fini, soit il a été bercé trop près du mur.

Quand à Amélie, la petite chipie, je l'adore et elle me fait complètement craquer. Je vous laisserai la découvrir par vous-même afin de savoir si comme moi, vous l'aimerez tant.

L'intrigue :

J'ai beaucoup aimé ce premier tome qui nous présente un personnage avec des rondeurs, jeune et qui s'assume pleinement. Mais aussi qu'on aborde le fait que lorsqu'on est une jeune femme et qu'on doit diriger des équipes de mâles en puissance, cela peut vite s'avérer compliqué. Au-delà d'une captivante histoire, on peut y apercevoir la place de la femme dans le monde du travail et la façon dont les choses peuvent parfois bien ou mal se passées. On y voit également la vie de père célibataire qui soyons honnêtes, ne doit pas être simple au quotidien. Je ne suis pas en train de dire que ça l'est pour une femme d'élever seule son enfant, seulement en littérature ou au cinéma on s'attarde de façon bien plus importante sur les mères célibataires que sur les pères, et pourtant, eux aussi sont bien présents. Je suis donc contente de lire ce qui peut se passer du côté des hommes qui vivent cette situation.

J'ai passé un super moment de lecture en compagnie de ce livre, et je peux vous dire que j'ai enchaîné avec le tome 2 directement. Si vous aimez les romances contemporaines sans scène de fesse (quand il doit se passer quelque chose, on le comprend, mais on ne lit pas cette scène et ce, grâce à une technique plutôt drôle d'ailleurs), avec une vraie histoire derrière et pas seulement l'histoire d'une rencontre, laissez-vous tenter.

L'auteure :

Si vous me suivez depuis un petit moment, le fait que je dise que j'adore ce que fait l'auteure ne devrait plus surprendre personne. Rachel a un don pour m'embarquer dans ses histoires dès le premier chapitre et elle ne déroge pas à la règle avec cette nouvelle série. Dans chaque roman, elle y place son humour dont je suis totalement fan, ses références qui parleront au plus grand nombre, son envie de montrer des héroïnes souvent indépendantes et grande gueule, son envie de casser les codes de la romance "basique" et tout ça est fait de manière tellement addictive et plaisante que c'est un vrai plaisir de plonger dans un autre de ses romans. De plus, elle ne cesse de me surprendre à chaque fois et ça, j'adore!!!

En résumé :

Une série de romance contemporaine qui change, qui fait du bien, des personnages qu'on ne rencontre pas forcément dans le genre, de l'humour, des caractères extrêmement bien trempés et des joutes verbales à n'en plus finir qui finiront par vous donner mal aux zygomatiques. Les personnages sont attachants, loin d'être parfaits et qui pourtant nous feront vibrer comme jamais. Une série que je recommande à tous ceux et celles qui aiment la romance sans scène de sexe et qui souhaitent lire une romance doudou, car oui, pour moi, c'est Ma série de romance doudou, sans pour autant que ce soit gnian-gnian ou chiant à lire, bien au contraire!

Ma note :


Extraits :

"Je ne suis pas un de ces filles qui se trouvent jolies. Personnellement, quand je regarde dans mon miroir, c'est généralement pour ne pas me crever l’œil avec mon crayon - et je dis ça parce que j'en suis parfaitement capable. Oui, je me maquille souvent en dormant encore à moitié. Je ne dis pas que j'évite mon reflet, puisque de toute façon il s'impose à moi très naturellement, mais simplement que je ne passe pas des heures à me contempler faon Narcisse... D'ailleurs, quand je croise certaines de mes consœurs, je me dis que l'Histoire a dû masculiniser Narcissa. Devant une vitrine, dans le rétroviseur ou le miroir de poche qui est "l'accessoire indispensable" du sac à main; je me demande comment il est possible de passer autant de temps à s'admirer!"

"Nous prenons l’ascenseur, chacune adossée à une paroi transparente. L'air renfrogné de l'enfant me laisse penser qu'elle est déjà venue ici : rien ne semble l'impressionner. Même moi, je suis encore émerveillée par ce qu'il y a autour nous! Bon ok, c'est peut-être moi la gosse sur ce coup-là. Une fois dans mon bureau, elle se déride enfin. Elle fait rapidement le tour en sifflotant, observant sur chaque meuble le moindre objet (qui a seulement une chance sur trente de m'appartenir). Amusée, je la laisse faire, sans pour autant la quitter des yeux, Bah qui? Je suis une adulte responsable! Au bout d'une minute, Amélie laisse tomber son sac sur mon tapis (oui, je me le suis bien approprié celui-mà). Elle s'installe en tailleur et termine sa barre de chocolat. Décidée à jouer la carte de la nounou-de-remplacement-trop-top, j'attrape un dossier sur mon bureau et viens m'asseoir près d'elle."

"Je sors enfin de mon bureau en me félicitant d'avoir survécu à cette première semaine, presque sans séquelle. Évidemment que c'est un exploit! Je ferme à double tour, me dirige vers l'ascenseur, y entre, et entends tout à coup une petite voix riant aux éclats... Puis, plus rien. Ça doit être le fantôme de la sorcière... Après une brève hésitation, j'appuie sur le bouton et descends au rez-de-chaussée."



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire